Publié le 28 Juillet 2022

Au fond du jardin dans une plate-bande, il y a un plan de panicaut, un seul avec une douzaine d'inflorescences. C'est Eryngium planum, le Panicaut à feuilles planes, une plante vivace d'une belle couleur bleue. On l'appelle communément le chardon bleu. D'après la littérature botanique il n'aurait pas d'odeur mais serait mellifère. Je confirme : c'est un spot très apprécié des insectes. Voici les photos que j'ai faites début juillet.

Lepture fauve @ Roger Puff

Lepture fauve @ Roger Puff

Voilà le premier à entrer en scène : un Lepture fauve, Paracorymbia fulva. Cet insecte est un Cérambycidé aux élytres unis, d’un brun beige assez clair, noirs aux extrémités. On le trouve souvent sur les fleurs, ombellifères et composées. Il se distingue du Lepture rouge que nous avons vu à la Vallée Monnet par l'extrémité noire de ses élytres. De plus mâle et femelle ont le pronotum de couleur noire. Ici pas de dimorphisme.

 

Abeille mellifère @ Roger Puff

Abeille mellifère @ Roger Puff

Voilà une abeille mellifère qui prend la suite. C'est Apis mellifera. Elle est venue d'une ruche voisine. Peut-être à 2 ou 3 kilomètres du jardin. Elle trouve ici un peu de pollen et de nectar qu'elle va rapporter à la ruche.

Oedemere prenant son vol @ Roger Puff

Oedemere prenant son vol @ Roger Puff

Est-ce une femelle d'Oedemere noble, Oedemera nobilis, ou un autre insecte de la famille des Oedemeridae, Chrysanthia geniculata ou pourquoi pas Chrysanthia viridissima ? Honnêtement je sèche... Entre les trois mon cœur balance. Mais voyez plus loin pour les Oedemères, cela se corse.

Isodonte mexicaine @ Roger Puff

Isodonte mexicaine @ Roger Puff

Voici une guêpe de belle taille (jusqu'à 25 mm). C'est l'Isodonte mexicaine, Isodonta mexicana (Isodonta signifie "à dents égales"). Elle n'a pas de sombrero mais a bien été importée d'Amérique du Nord dans les années 60's. Cet hyménoptère est une espèce de Sphex. Il est spécialisé dans la capture des Orthoptères. On peut l'observer transporter des petites sauterelles ou des grillons paralysés jusqu’à son nid. La ponte a lieu sur la proie paralysée qui nourrira la larve de protéines bien fraiches. Il y en a qui font leur nid dans les hôtels à insectes, nous l'avons observé. Ils coupent aussi des brins de feuilles pour garnir le nid pour le confort de leur larve, d'où le nom anglais  grass-carrying wasp. Le nid est ensuite bouché par de la terre et la larve après éclosion en sortira l'année suivante.

Bourdon des arbres @ Roger Puff

Bourdon des arbres @ Roger Puff

Autre hyménoptère, une abeille sauvage du groupe des bourdons, le Bourdon des arbres, Bombus hypnorum. Il fait son nid dans les troncs d'arbres mais aussi dans des nichoirs à oiseaux ou dans des cavités des habitations. Ce serait l'un des rares bourdons à se montrer agressif si l'on s'approche du trou d'envol. Il n'a pas été le seul bourdon à visiter nos fleurs de panicaut.

Sésie de l'oseille @ Roger Puff

Sésie de l'oseille @ Roger Puff

Surprise, je n'avais pas encore vu cet insecte a fortiori photographié. C'est un Lépidoptère, la Sésie de l'oseille, Bembecia chrysidiformis, un Hétérocère ("papillon de nuit") à activité diurne. Le genre Bembecia regroupe des papillons à ailes semi-transparentes de la famille des Sesiidae. Chrysidiformis signifie "qui a la forme d'une Chrysis" (ce sont les guêpes coucou). La chenille vit dans les racines des oseilles. L'imago se fait passer pour un Hyménoptère par son allure de vol et son bourdonnement.

Guêpe dorée @ Roger Puff

Guêpe dorée @ Roger Puff

En voilà justement une de "Chrysis". C'est a priori Hedychrum rutilans à moins que ce soit Chrisis ignita. Ce sont des Hyménoptères que l'on appelle "guêpes-coucou". Elles se nourrissent de nectar et de pollen et pondent leurs œufs dans les nids des abeilles solitaires. Un bel insecte aux couleurs rutilantes.

 

Autre Isodonte mexicaine @ Roger Puff

Autre Isodonte mexicaine @ Roger Puff

Autre Isodonte mexicaine, je ne résiste pas à vous imposer ce doublon.

Cerceris commun ou C. des sables ? @ Roger Puff

Cerceris commun ou C. des sables ? @ Roger Puff

Autre parasitoïde, voici un Cerceris, peut-être Cerceris rybyensis, à moins que ce soit le Cerceris des sables, Cerceris arenaria. Ces hyménoptères capturent et paralysent des abeilles solitaires qu'elle introduisent dans leurs nids souterrains pour y pondre leurs œufs. Ce sera la nourriture des larves. Plus de 1000 espèces de Cerceris ont été décrites.

Question étymologie, Cerceris serait le nom latin d'un oiseau indéterminé ; rybyensis viendrait de Rybyr la ville de Suède où Carl von Linné a collecté de nombreuses plantes et insectes ; arenaria signifie "du sable" (les arènes étaient recouverte de sable).

 

Une espèce de Colletes @ Roger Puff

Une espèce de Colletes @ Roger Puff

Ici c'est une petite abeille sauvage du genre Colletidae, les Colletes. Ce sont des abeilles à langue courte, qui ne peuvent donc prélever que du nectar facile d'accès. Elles creusent leur nid dans le sol. On les appelle abeilles plâtrières. Celle-ci pourrait être l'Hylée rougeâtre, Hylaeus variegatus. Il existe en Europe près de 80 espèces d'Hylées.

 

Halicte et Hylée @ Roger Puff

Halicte et Hylée @ Roger Puff

Deux autres abeilles sauvage. A gauche, une Halicte, probablement l'Halicte de la scabieuse, Halictus scabiosae. C'est une abeille à longue langue pour butiner des fleurs dont la corolle est profonde. Elle fait sont nid dans le sol et y met des boulettes de pollen pour nourrir ses larves.

A droite une autre espèce d'Hylée, l'Hylée de l'ail, Hylaeus punctulassimus. L'abeille est noire avec sur sa tête comme une couronne blanche. Langue très courte comme toutes les Colletes, on l'a vu plus haut. Donc sur la même sommité florale de panicaut on trouve des abeilles sauvages à langue courte et à langue longue. Ces fleurs satisferaient donc tout le monde. Surprenant.

Andrène sp. @ Roger Puff

Andrène sp. @ Roger Puff

Autre famille pour cette abeille qui est une espèce d'Andrène, Andrena sp.. Encore un espèce à langue courte. Elle niche dans des terriers assez profonds. Est-ce Andrena cineraria, l'Andrene des sables, ou A. vaga, l'Andrène vagabonde ? Pas facile à dire.

L'Ammophile des sables @ Roger Puff

L'Ammophile des sables @ Roger Puff

Autre espèce de Sphex, l'Ammophile des sables, Ammophila sabulosa. Cette espèce capture des chenilles qu'elle paralyse et traine au sol si elles sont grosses ou qu'elle emporte en vol. Elle introduit ses proies dans son nid souterrain là encore pour servir de nourriture à ses larves.

Autre Oedemère @ Roger Puff

Autre Oedemère @ Roger Puff

Et oui, cela se corse pour les Oedemères. C'est ici un Oedemère nettement plus petit que l'Oedemère noble. Serait-ce Oedemera lurida ? La littérature me dit que je peux confondre entre O. virescens (6,5 à 12mm) et O.lurida (5 à 8mm) ou entre les deux, O. monticola.

La mini-sauterelle @ Roger Puff

La mini-sauterelle @ Roger Puff

Je trouve souvent ces toutes petites sauterelles au jardin. Elles sont souvent sur les pavots secs perchées sur les capsules. Ici en voilà une sur le panicaut. Cette mini sauterelle pleine de taches noires sur sa livrée verte pourrait bien être un juvénile de Phanéroptère commun, Phaneroptera falcata. Le verrai-je adulte ? Il aura bien changé.

Lucille @ Roger Puff

Lucille @ Roger Puff

Une belle mouche verte cela ne gâche pas le paysage. C'est une espèce de Lucille, Lucilia sp. Ce sont des mouches saprophages et nécrophages. Il y a en de nombreuses espèces. Ce spécimen pourrait être Lucilia caesar, l'archétype du genre, mais comme le genre compte 9 espèces en Europe (et des centaines au monde), je me garde de me prononcer.

C'est la nature @ Roger Puff

C'est la nature @ Roger Puff

Des Oedemeridae en pleine action. Nous n'en dirons pas plus... Soyons discrets.

La Thomise et sa proie @ Roger Puff

La Thomise et sa proie @ Roger Puff

Je terminerai ce panorama de la faune du plan de panicaut de mon jardin par une dernière photo. Une araignée, la  Thomise variable, Misumena vatia, s'est installée sur ce spot propice à la chasse et y capture ses proies. Là elle se délecte d'une malheureuse abeille.

Il y a bien du monde sur un plan de panicaut. Et encore, vous n'avez pas tout vu.

Toutes les remarques quant à l'identification de ces insectes "panicauphiles" seront les bienvenues.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 21 Juillet 2022

Dans la montée © Roger Puff

Dans la montée © Roger Puff

Le Mont-César sur la commune de Bailleul-sur-Thérain dans l'Oise est du point de vue des habitats, de la faune et de la flore, un des sites d'intérêt majeur pour la Picardie. Sur cette éminence on parcourt des prairies calcicoles, les larris, jadis pâturés par les moutons. Le site remarquable du Mont César est intégré au massif forestier de Hez-Froidmont dans le dispositif du réseau Natura 2000 et géré par le Conservatoire d'espaces naturels des Hauts-de-France..

Mais Jules César y aurat-il mis les pieds pendant la Guerre des Gaules ? On ne le sait pas. Il en va de même pour de nombreux lieux appelés "Camp de César". Ce promontoire était certainement un point d'observation et peut-être un oppidum gaulois. Le site de la commune nous apprend que les habitants du cru avaient le droit d'y ramasser des pierres. Ils ont donc dû faire place nette d'éventuelles ruines celtes ou gallo-romaines.

Voici quelques photos faites le 22 juin 2022.

 

Tu as vu mes mollets ?© Roger Puff

Tu as vu mes mollets ?© Roger Puff

Sur des fleurs d'achillée le long du chemin de la montée au Mont-César, un bel Oedemère noble, Oedemera nobilis. j'en ai vu énormément cette année. On l'appelle aussi le "cycliste maillot vert" vu sa couleur, mais surtout la taille des "mollets" du mâle (en fait ce sont les fémurs donc les cuisses des pattes postérieures).

Suis-je bien un Syrphe ? © Roger Puff

Suis-je bien un Syrphe ? © Roger Puff

Toujours sur les achillées, un syrphe. Dans la montée Les Syrphes ou Syrphidae font partie des Diptères  Brachycera. Ils comprennent plus de 5000 espèces  connues dans le monde et sont présents sur tous les  continents hormis l'Antarctique. Ainsi ils représentent  une des plus vastes familles de Diptères. La France  totalise environ 480 espèces, réparties en 78 genres. Mais quel est celui-ci ? Je n'ai pas réussi à l'identifier.

C'est la nature © Roger Puff

C'est la nature © Roger Puff

Un accouplement de Colias sp. Soufré ou Fluoré, la question se pose encore. Je parie cette fois-ci pour le Soufré, Colias hyale.

Le rouge et le noir © Roger Puff

Le rouge et le noir © Roger Puff

Une zygène de la filipendule, Zygenea filipendula, sur la centaurée.

Vue du larris du Mont-César © Roger Puff

Vue du larris du Mont-César © Roger Puff

Le blanc et le noir © Roger Puff

Le blanc et le noir © Roger Puff

Sur centaurée encore, un Demi-deuil, Melanargia galathea. On l'appelle aussi Arge galathée ou Échiquier. Dans la mythologie grecque Galatée est une Néréide, une nymphe marine. Le nom de Galatée signifie « à la peau blanche comme du lait » (dérivé du grec ancien γάλα / gála, signifiant « lait »).  Melanargia, il y a Mela, du grec ancien μέλας, μέλανος, mélas, mélanos (« noir »), D'où papillon blanc et noir, demi-deuil évidemment. Quant à Argia, va savoir...

Le roi est mon cousin © Roger Puff

Le roi est mon cousin © Roger Puff

A nouveau sur des achillées, cette fois-ci, un Oedemère ochracé, Oedemera podagrariae, De la même taille et lui aussi avec de bonnes cuisses il se distingue de son cousin O. nobilis par sa couleur orange-marron. Question étymologie, podagrariae, doit être "podagre". Cela me fait penser à Louis XVIII qui était podagre, c'est-à-dire souffrant de la goutte.

Le ballet des papillons © Roger Puff

Le ballet des papillons © Roger Puff

J'observe le gracieux ballet de deux Demi-deuils. La femelle a des dessins marrons, le mâle a des dessins noirs (je ne pense pas que ce soient de noirs desseins, plutôt d'affectueux desseins).

Là où il y a de la Zygène © Roger Puff

Là où il y a de la Zygène © Roger Puff

Les centaurées sont des plateformes idéales attirant de nombreuses espèces. Ce beau lépidoptère turquoise, c'est Adscita statices : le Procris de l'oseille, ou encore tout simplement la Turquoise, ou la Turquoise de la sarcille, du nom vernaculaire vieilli de Rumex surelle, la Petite Oseille. Les anglais le nomme Green Forester, le forestier vert. Il appartient à la famille des Zygènes. mais quelle superbe costume.

T'as vu ma taille ? © Roger Puff

T'as vu ma taille ? © Roger Puff

Dans les mains d'un naturaliste averti, la Grande Sauterelle verte, Tettigonia viridissima. C'est un mâle. Il a recouvré sa liberté sans avoir subi le moindre sévice.

Faut que je sorte de là © Roger Puff

Faut que je sorte de là © Roger Puff

Dans les mailles du filet, un Criquet, Il y a une centaine d'espèces de criquets en France, un peu moins de la moitiés des espèces d'Orthoptères. Celui-ci est peut-être le Criquet des pâtures, Pseudochorthippus parallelus. Mais rien de sûr. Que disent les spécialistes ?

Mais qu'est ce que je fais là sur un doigt © Roger Puff

Mais qu'est ce que je fais là sur un doigt © Roger Puff

Ce beau coléoptère, c'est le Lepture rouge, Sictoleptura rubra. C'est une femelle au pronotum de la même couleur que les élytres. Elle s'est pavanée tranquillement sur mon doigt. Ne voulant pas prendre son vol, j'ai dû la poser délicatement sur le sol.

C'est la nature © Roger Puff

C'est la nature © Roger Puff

Sur une centaurée mauve le contraste du vert d'un accouplement de Chrysomèles étincelantes. Est-ce Chrysolina graminis, la Chrysomèle dorée ou C. herbacea, la Chrysomèle de la mente ? Difficile pour moi de les distinguer. Pour l'étymologie, Chrysomèle vient du grec chrysos (or) et mèlos (membre, articulation)

Coucou © Roger Puff

Coucou © Roger Puff

Thorax vert métallique, abdomen rouge métallique, c'est  une espèce des Chrysidae ou "Guêpes dorées". Il s'agit probablement de Chrysis ignita, la plus répandue. Ignita signifie enflammé et Chrysos c'est l'or... on l'a vu plus haut. C'est une "guêpe coucou" qui parasite les nids d'abeilles solitaires, notamment les abeilles maçonnes. Elle pond dans les nids et sa larve éclose plus tôt que celle de l'abeille en fera son repas.

Vous avez vu mon collier ? © Michel Huyvaert

Vous avez vu mon collier ? © Michel Huyvaert

Le Collier-de-corail ou Argus brun, Aricia agestis, est très proche de son cousin l’Argus de l'hélianthème (Aricia artaxerxes), tous deux de la famille des Lycaenidae, sous-famille des Polyommatinae. Mais un examen attentif des taches des ailes me détermine pour le premier, d'autant que la littérature me dit que si tous les deux fréquentent les landes, le second fréquente plutôt les massifs montagneux.

La belle ocelle © Michel Huyvaert

La belle ocelle © Michel Huyvaert

Le Myrtil, Maniola jurtina, est un papillon de la famille des Nymphalidae, sous-famille des Satyrinae, bref une nymphe de la famille des satyres. C'est beau la mythologie grecque. Il a les ailes fermées et je ne peux donc pas vous dire si c'est un mâle (ailes marrons) ou une femelle (ailes ocres).

Moi aussi je veux sortir de ce fichu filet © Roger Puff

Moi aussi je veux sortir de ce fichu filet © Roger Puff

Serait-ce le criquet noir-ébène, Omocestus rufipes ? Il y a des chances. Mais diable que c'est dur l'identification des Orthoptères.

Attend un peu je vais m'envoler © Roger Puff

Attend un peu je vais m'envoler © Roger Puff

Pour finir cette exploration du Mont-César, une petite coccinelle perchée sur un bouton de centaurée. On lui voit 4 points. C'est à tout coup la Coccinelle à sept points, Coccinella septempunctata.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 10 Juillet 2022

Rappel :  9ème édition du Concours Photo "Insectes de France" (J-63)

La 9ème édition du Concours Photo "Insectes de France", le concours que l'Agrion de l'Oise propose depuis 2014, est lancée depuis le 1er juin.

Vous avez jusqu’au dimanche 11 septembre à minuit, que vous soyez photographe amateur, passionné de macrophotographie ou débutant, et tout particulièrement si vous avez moins de 18 ans, pour nous envoyer vos meilleures photos d’insectes. A vous de jouez. A vos appareils reflex, bridges, compacts et même smartphones ou tablettes !

Ce concours - réservé aux amateurs - est gratuit sans obligation d’adhésion ou d’achat.

Deux catégories sont proposées :

  • Plus de 18 ans.
  • Jeunes de moins de 18 ans

Chaque Participant pourra présenter un maximum de 3 photographies à envoyer de préférence en fichier jpg et à au plus 1 Mo. Les fichiers en qualité maximale seront à nous faire parvenir en cas de sélection.

Le Jury se réunira fin septembre pour attribuer ses prix et sélectionner les photos qui seront soumises au vote du public, à l'occasion d'une exposition du 22 au 29 octobre, jour de la remise des prix. Les lauréats 2021 ne pourront participer au Prix du Public mais pourront se voir décerner un prix d'honneur. le jury pourra éventuellement attribuer une récompense à des photos intéressantes sur un plan entomologiques, mais non justifiables d'un prix du Jury ou du Public.

Consultez le Règlement 2022 complet

 Copier-coller le Bordereau d'envoi 2022

ou le demander à

Mail : lagriondeloise@orange.fr qui est aussi l'adresse où envoyer votre candidature

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 7 Juillet 2022

Sur le larris de la Vallée Monnet @ Roger Puff

Sur le larris de la Vallée Monnet @ Roger Puff

La Vallée Monnet est un site plutôt difficile d’accès pour qui n’est pas du coin. Heureusement Sylvain, guide naturaliste en charge du site au Conservatoire d’espaces naturels des Hauts-de-France, était notre mentor. L’expédition était organisée par l’Agrion de l’Oise et c’était notre première visite sur ce site du territoire de la commune de Cambronne-les-Clermont.

Le site est constitué de pelouses calcicoles bien ensoleillées à la végétation rase et sèche : un larris comme on dit en Picardie. Au printemps les pelouses sont couvertes d’anémones pulsatiles et d’orchidées, notamment l’Orchis brûlée, une espèce rare et évidement protégée.

Voici quelques photos que j’ai pu y faire en début de mois de juillet.

Tous ensemble @ Roger Puff

Tous ensemble @ Roger Puff

La première c'est une fleur de centaurée sur laquelle se bousculent un Hyménoptère, une Coléoptère et un Lépidoptère. Pour le Bourdon, j'hésite en entre Bombus hortorum, le bourdon des jardins, et Bombus ruderatus, le bourdon des friches, plus probable vu le lieu. Le coléoptère vert est un Oedemère, mais est-ce Oedemera nobilis ou O. flavipes ? Je pense que c'est une femelle car le spécimen n'a pas les gros fémurs des mâles. Enfin le papillon est une Zygène de la filipendule, Zygaena filipendula (la filipendule c'est la Reine-des-près).

Mimétisme du Criquet @ Roger Puff

Mimétisme du Criquet @ Roger Puff

Il y a des milliers d'Orthoptère qui sautent dans tous les coins, un véritable feu d'artifice, d'autant que des criquets aux ailes colorées s'envolent presque à chacun de mes pas. Mais pour les photographier en vol, faut pas rêver. Celui sur la photo est l'Oedipode turquoise, Oedipoda caerulescens, aux magnifiques ailes bleues, mais il y avait aussi sur le site Oedipoda germanica aux ailes roses.

En équilbre @ Roger Puff

En équilbre @ Roger Puff

Sur une centaurée, voilà un papillon de belle taille. C'est le Tabac d'Espagne, Argynnis paphia, qui apprécie les lieux boisés. Effectivement il se tient juste à la lisière de la pelouse tout près de l'ombre des arbustes.

Dans le feuillage @ Roger Puff

Dans le feuillage @ Roger Puff

Ce papillon qui a une bonne tête, est le Céphale ou Arcanie, Coenonympha arcania, C'est la première fois que je le rencontre.

Je suis belle @ Roger Puff

Je suis belle @ Roger Puff

Et là c'est la Belle-Dame, Cynthia cardui. elle aime les chardons mais ici elle se contente d'une centaurée.

vert sur vert @ Roger Puff

vert sur vert @ Roger Puff

On ne s'attendait pas en ce début juillet à trouver des Mantes religieuses, Manta religiosa, d'aussi belle taille (environ 4 cm). Nous en avons vu plus d'une demi-douzaine toutes d'un beau vert tendre. Une seule un peu plus petite était de couleur sable clair.

Ote toi de là que je m'y mette @ Roger Puff

Ote toi de là que je m'y mette @ Roger Puff

Décidément les centaurée sont très disputées, ici par un Bourdon et un Demi-deuil, Melanargia galathea. Il faut dire que les demi-deuil était de loin les papillons les plus nombreux sur le spot.

Ceci n'est pas un Citron mais je doute @ Roger Puff

Ceci n'est pas un Citron mais je doute @ Roger Puff

Oui je doute. Ce n'est pas un Citron, mais est-ce un Soufré ou un Fluoré ? Ces lépidoptères, tous deux de la famille des Piéridés, de la sous-famille des Coliadinae, se ressemblent comme deux gouttes d'eau. je penche toutefois pour le Fluoré, Colias alphacariensis. Mais je suis prêt à revoir mon jugement;

Belle comme une orange bien mûre @ Roger Puff

Belle comme une orange bien mûre @ Roger Puff

Là j'ai moins de doutes. Ce petit papillon râblé de couleur orange, c'est la Sylvaine, Ochlodes sylvanus, de la famille des Hesperiidae. Les Hespérides dans la mythologie grecque sont les nymphes du couchant quand le ciel prend des couleurs chaudes, de pommes d'or, d'oranges bien mûres si vous préférez

6 pattes et 4 points d'appui @ Roger Puff

6 pattes et 4 points d'appui @ Roger Puff

Un bel Orthoptère, c'est un mâle de Phanéroptère commun, Phaneroptera falcata, une belle sauterelle aux longues antennes. Je suis nul en botanique mais la plante sur laquelle est perchée notre sauterelle ne serait-elle pas une gentiane ?

Rouge ou fauve @ Roger Puff

Rouge ou fauve @ Roger Puff

Nous terminerons par ce coléoptère de la famille des Cérambycidés, un Lepture rouge, Stictoleptura rubra. C'est une femelle : le mâle a le pronotum noir comme la tête, tandis que la femelle l'a de la même couleur que les élytres.

Loin dans les colzas @ Roger Puff

Loin dans les colzas @ Roger Puff

Non le Lepture n'était pas le dernier insecte photographié. Sur notre chemin de retour, loin dans un champ de colza mûr, volait un Machaon, Papilio machaon. Il nous a snobé et ne s'est pas approché pour mieux occuper le viseur de mon 20 mm. J'ai juste un peu agrandi la photo...

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 23 Juin 2022

Nos sorties Nature et Entomo-photographie d'ici la mi-août 2022

L'Agrion de l'Oise vous propose ses sorties nature et entomo-photographie jusqu'à mi-août.

Elles débutent en principe à 14h30 (sauf pour Verneuil 14h).

Gratuit et ouvert à tous

Il est prévu d'organiser le co-voiturage à partir de Verneuil-en-Halatte et Pont-Sainte-Maxence.

Merci de vous inscrire de préférence par SMS au 06 25 00 21 26 ou lagriondeloise@orange.fr

Vous serez ainsi avisé du lieu exact de rendez-vous et d'une éventuelle annulation.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 5 Juin 2022

Tout savoir sur les chenilles processionnaires du chêne

L'Agrion de l'Oise vous propose mardi 7 juin à 20h à la salle des fêtes de Rieux (à côté de la mairie place Deniss Schrobiltgen) une copnférence sur les chenilles processionnaires du chêne.

La conférence sera donnée par Thomas Damestoy, enseignant-chercheur à UniLaSalle Beauvais, qui a fait sa thèse sur ces insectes.

Ces chenilles font des ravages dans les chênaies de Picardie et d'Ile-de-France et, comme leurs cousines les processionnaires du pin, possèdent des poils urticants particulièrement dangereux, pouvant déclencher des allergies graves tant pour les humains que les animaux.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 29 Mai 2022

Lancement du 9ème Concours Photos "Insectes de France" 2022

Et voici le lancement de la 9ème édition du Concours Photo "Insectes de France", le concours que l'Agrion de l'Oise propose depuis 2014 et qui reçoit des candidatures de toute la France.

Dès le 1er juin et jusqu’au 11 septembre, que vous soyez photographe amateur, passionné de macrophotographie ou débutant, et tout particulièrement si vous avez moins de 18 ans, l'Agrion de l'Oise attend vos meilleures photos d’insectes.

Les insectes sont les animaux les plus nombreux du Vivant et sont la biomasse terrestre la plus importante. Un corps en 3 parties, 6 pattes et 2 antennes pour tous, mais quelle diversité de tailles, de formes, de couleurs. Un monde inquiétant peut-être, mais surtout enchanteur.

Plus de 35000 espèces en France, pour plus de 1,3 millions au monde. Ils sont regroupés en une trentaine d'ordre. les plus nombreux sont les Coléoptères avec 9600 espèces (carabes, coccinelles, cétoines, hannetons, longicornes, lucanes,... ) en France comme ailleurs, puis viennent les 8000 espèces d'Hyménoptères avec (abeilles, guêpes, fourmis...), les 6500 espèces de Diptères  (mouches, moustiques, ...), les 5120 espèces de Lépidoptères ou papillons (vanesses, zygènes, phalènes,...), les 3550 espèces d'Hémiptères (punaises, cigales,...), les 210 espèces d'Orthoptères (criquets, sauterelles, grillons).

Les Odonates, libellules ou demoiselles, ne comptent que 85 espèces chez nous mais attirent les photographes par leur beauté et la griserie de las photographier en vol, tandis que moins de 10 espèces de Mantes (religieuse et empuses) les fascines. mais n'oubliez pas les Éphémères, les Trichoptères et autres Neuroptères. Vous avez l'embarras du choix.

A vous de jouez. A vos appareils reflex, bridges, compacts et même smartphones ou tablettes !

Confirmés ou débutants, grands et petits, nous attendons vos photos jusqu’au dimanche 11 septembre à minuit.

Ce concours - réservé aux amateurs - est gratuit sans obligation d’adhésion ou d’achat.

Deux catégories sont proposées :

  • Plus de 18 ans.
  • Jeunes de moins de 18 ans

Chaque Participant pourra présenter un maximum de 3 photographies à envoyer de préférence en fichier jpg et à au plus 1 Mo. Les fichiers en qualité maximale seront à nous faire parvenir en cas de sélection.

Le Jury se réunira fin septembre pour attribuer ses prix et sélectionner les photos qui seront soumises au vote du public, à l'occasion d'une exposition du 22 au 29 octobre, jour de la remise des prix. Les lauréats 2021 ne pourront participer au Prix du Public mais pourront se voir décerner un prix d'honneur. le jury pourra éventuellement attribuer une récompense à des photos intéressantes sur un plan entomologiques, mais non justifiables d'un prix du Jury ou du Public.

Consultez le Règlement 2022 complet

 Copier-coller le Bordereau d'envoi 2022

ou le demander à

Mail : lagriondeloise@orange.fr qui est aussi l'adresse où envoyer votre candidature

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 24 Mai 2022

La Fête des Mares à Verneuil-en-Halatte

Oui, vous avez bien lu : c'est bien la Fête des Mares, juste après la Fête des Mères le dimanche 29 mai.

La Fête des Mares est organisée au niveau national  par le Groupe Mares de la Société nationale de Protection de la Nature (SNPN) et cette année elle a lieu du 28 mai au 5 juin. Le thème national de cette 7ème édition est "Les Mares alliées du Vivant", faisant référence à l’importance de la biodiversité des mares et des zones humides, l’importance de préserver ces milieux mais surtout l’importance de ces milieux dans nos vies.

Les trois manifestations proposées par l'Agrion de l'Oise - labellisées Fête des Mares -  se tiennent cette année toutes à Verneuil-en-Halatte et débutent le lundi 30 mai par une exposition à la bibliothèque municipale sur le thème "Les Insectes de la Mare". Ces insectes sont notamment ceux de la Mare aux Daims, labellisée Mare remarquable sur le Sentier de la Biodiversité du Parc du Château (inscrit au Plan départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée de l'Oise). L'exposition pourra être gratuitement visitée jusqu'au 16 juin. Les enfants des écoles sont d'ores et déjà invités par la Municipalité grâce à qui cette exposition peut se tenir.

Conférence

Conférence

La Fête se poursuivra le jeudi 2 juin à 20h Salle Salomon de Brosse par une conférence "Le Monde merveilleux des Odonates (libellules et demoiselles)" par Michel Huyvaert et Roger Puff, au cours de laquelle vous pourrez tout savoir (ou presque) sur ces étonnants et magnifiques insectes.

La Mare aux Daims - Sentier de la Biodiversité - Parc du Château - Verneuil-en-Halatte

La Mare aux Daims - Sentier de la Biodiversité - Parc du Château - Verneuil-en-Halatte

Enfin le samedi 11 juin à 14h30, l'Agrion de l'Oise vous propose une balade accompagnée par le poète-conteur Joël Tribhout, qui vous proposera ses œuvres poétiques (et entomologiques) à la Mare aux Daims sur le Sentier de la randonnée (2500 m - compter 2h30). Certains le connaissent déjà pour l'avoir vu et entendu à la Manekine aux dernières éditions de Notes d'Insectes, le concert 100% entomologiques proposé par notre association.

C'est gratuit comme les deux autres manifestation, mais il est très prudent de s'inscrire

mail : lagriondeloise@orange.fr  ou tél : 06 25 00 21 26

 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 7 Mai 2022

Repost0

Publié le 4 Mai 2022

Nous avons voulu mettre un peu de vie et de couleurs dans cet article avec des insectes printaniers.

Les photos sont de Michel Huyvaert et elles ont toutes été prises dans l'Oise.

Bourdon terrestre le 21 mats 2022 © Michel Huyvaert

Bourdon terrestre le 21 mats 2022 © Michel Huyvaert

Les bourdons n'hésitent pas à braver le froid. Ils sont en action plus tôt que les abeilles dans la saison, mais aussi dans la journée. Un peu de fraîcheur et d'humidité ne leur font pas peur. Mais de récents articles révèlent que la montée des températures liée au changement climatique risque de les faire disparaître plus vite que les abeilles. Ici c'est un Bourdon terrestre, Bombus terrestris, butinant une belle fleur d'anémone pulsatille du côté de Roberval.

Citron le 22 mars 2022 © Michel Huyvaert

Citron le 22 mars 2022 © Michel Huyvaert

Ici, photographié à Cambronne-les-Clermont, un Citron, Gonopteryx rhamni, sur une fleur jaune qui pourrait être une Centaurée (sans garantie). Le Citron est un des papillons les plus précoces à apparaitre au printemps sortant d'hivernage

Paon du jour le 22 mars 2022 © Michel Huyvaert

Paon du jour le 22 mars 2022 © Michel Huyvaert

Beaucoup de Paons du jour, Inachis io, eux aussi sortis d'hivernage. On les voit dans l'herbe ou prenant le soleil posés sur les chemins. Quand on passe près d'eux, que ce soit à pied ou à vélo, ils nous accompagnent aimablement sur quelques dizaines de mètres. Bien sympathiques ces lépidos. Celui-ci a été pris à Cambronne-les-Clermont.

Osmie cornue le 28 mars 2022 © Michel Huyvaert

Osmie cornue le 28 mars 2022 © Michel Huyvaert

Les Osmies cornues, Osmia cornuta, sont des abeilles sauvages solitaires. On en voit aux abords des hôtels à insectes. L'année précédente à la même époque les femelles ont pondu dans les tubes de roseau qui y ont été disposés. Elles ont bouché ces tubes avec de la terre après y avoir pondu une dizaine d’œufs. Les premiers à sortir de leurs chrysalides seront les mâles qui vont attendre la sortie des femelles. Derniers pondus, premiers sortis. Cette osmie a cependant été photographie sur la fenêtre d'un appartement où elle était rentrée.

Sauterelle le 12 avril 2022 © Michel Huyvaert

Sauterelle le 12 avril 2022 © Michel Huyvaert

Une petite sauterelle sur une fleur d'anémone pulsatilles à Cambronne-les-Clermont. Elle en est au premier ou au deuxième stade larvaire et ne fait que 4 mm de longueur.S'agit-il de la Grande sauterelle verte, Tettigonia viridissima, qui va atteindre quelques centimètres ? Je me garderai bien de l'affirmer.

Thécla de la ronce le 12 avril © Michel Huyvaert

Thécla de la ronce le 12 avril © Michel Huyvaert

Toujours à Cambronne-les-Clermont, ce petit Thécla de la ronce ou Argus vert, Callophrys rubi. On le trouve souvent sur les genévriers

Andrène vague le 14 avril 2022 © Michel Huyvaert

Andrène vague le 14 avril 2022 © Michel Huyvaert

Sur les talus ensoleillés, les Andrènes vagues, Andrena vaga, établissent leurs bourgades. Ces abeilles sauvages solitaires, en effet, se regroupent pour creuser leurs trous profonds où elles vont pondre. Les femelles sont pourchassées par les mâles. Quelques abeilles coucou et des bombyles attendent leur sortie pour aller pondre dans leurs galeries. Leurs larves se nourriront des provisions placées entre chaque œuf par les Adrènes. Elles pourront même manger les jeunes larves de la pauvre abeille sauvage.

Corée marginée le 14 avril 2022 © Michel Huyvaert

Corée marginée le 14 avril 2022 © Michel Huyvaert

Les punaises sont apparues à mi-avril. Ici une Corée marginée, Coreus marginatus, se fait chauffer sur une feuille attendant la venue d'un(e) partenaire.

Punaise verte le 14 avril 2022 © Michel Huyvaert

Punaise verte le 14 avril 2022 © Michel Huyvaert

La Punaise verte, Palomena prasina, fait de même.

Accouplement de cétoines oorées © Michel Huyvaert

Accouplement de cétoines oorées © Michel Huyvaert

Les belles Cétoines dorées, Cetonia aurata, le hanneton des rose, sont sorties dès les beaux jours. Elles sont nombreuses à butiner et à s'accoupler sur les viornes très odorantes. Elles apprécient en effet tout particulièrement les fleurs blanches. Bientôt elle seront sur les fleurs des pyracanthas.

Voir les commentaires

Repost0