Publié le 1 Mars 2017

Assemblée générale de l'Agrion de l'Oise le 14 mars 2017

Assemblée générale de l’Agrion de l’Oise

mardi 14 mars à 20h00 (accueil à partir de 19h30)

salle Salomon de Brosse à Verneuil-en-Halatte

 

L’Agrion de l’Oise vous invite à son assemblée générale 2017, qui se déroulera en deux temps ;

  • Assemblée générale extraordinaire pour la révision des statuts
  • Assemblée générale ordinaire avec
    • rapport moral et financier 2016,
    • projet de programme/budget 2017

Vous pourrez découvrir le programme 2017, qui prévoit entre autres des promenades entomologiques avec initiation à la photographie d’insectes, les conférences trimestrielles, la 4ème édition de notre concours photo « Insectes de France » et la 3ème édition de notre concert « Notes d’insectes » à l’Abbaye royale du Moncel.

La réunion se terminera par un pot de l’amitié avec possibilité de déguster des insectes.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 13 Février 2017

Encore un extrait du temps passé...

Chez la bête, comme chez l’homme, il y a de l’instinct et de l’intelligence.

L’amour provient d’une attirance instinctive ; l’amitié possède les facultés issues de l’intelligence.

Chez les insectes, je ne citerai que deux ou trois exemples sur leur amitié ou sur leur amour la place me faisant défaut pour en donner davantage.
[…]

©Dittaeva GNU Free Documentation License Wikipedia Commons

©Dittaeva GNU Free Documentation License Wikipedia Commons

Le Lethre à grosse tête (NdR. dermeste du lard, Dermestres lardarius) est un petit coléoptère au corps rugueux et de coloration noire. Sa tête est triangulaire et très développée. Lorsqu’il a choisi sa compagne, il ne la quittera plus et les deux insectes s’aimeront jusqu’à ce que la mort vienne mettre un terme à leur union.

Aidé de son épouse, le mâle creuse une galerie qui souvent mesure un mètre de longueur ; d’abord oblique, les terrassiers la redressent verticalement ; ils y construisent de grandes loges où ils déposent la nourriture qui sera nécessaire aux jeunes lethres qui naîtront d’eux.

Matin et soir, le lethre à grosse tête, laissant sa compagne aux soins du ménages, s’en va au travail. Il grimpe sur les ceps de vigne, il en coupe les jeunes pousses qu’il laisse tomber sur le sol. Quand il en a abattu un certain nombre, il descend, met pied à terre. Un à un, il prend dans ses mandibules les bourgeons qu’il a coupés, et, un à un, il les transporte à son domicile, où à l’entrée la femelle guette son arrivée ; Aussitôt qu’elle l’aperçoit elle court au-devant de son compagnon, le débarrasse du bourgeon qu’il apporte ; elle le roule en boule et y dépose un œuf qui est aussitôt placé dans une des loges préparées à l’avance. Et le ménage, constamment uni, assure ainsi l’avenir de ceux qui naîtront de lui.

Ephémère - extrait de Mémoires pour servir à l'histoire des insectes, t.VI]. Tome 6, Ferchaud de Réaumur, BNF Gallica

Ephémère - extrait de Mémoires pour servir à l'histoire des insectes, t.VI]. Tome 6, Ferchaud de Réaumur, BNF Gallica

L’Ephémère adulte ne mange pas ; sa vie est brève, mais heureuse entre toutes. Se nourrissant d’un rayon de soleil, vagabondant dans la lumière, il folâtre au milieu de ses compagnons d’un jour.

Suivez-le. De l’immense tourbillon de la valse aérienne, deux êtres se détachent ; aussi légers que deux âmes, ils se posent sur une feuille de nénuphar ou sur une fleur d’iris. Sur cette fleur ou sur cette feuille que l’onde berce, au milieu de toutes les gloires du printemps, les éphémères s’unissent.

Puis ils tombent dans le crépuscule de la joie. Les minutes et les années n’étant qu’une même chose lorsqu’elles sont passées.

Alphonse Labitte, attaché au Muséum national d’Histoire naturelle (Hautes études)

Extrait de De bons exemples : l’amour et l’amitié chez les insectes, L’Intransigeant, 30 octobre 1927,

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 19 Janvier 2017

La lecture de la République de l'Oise, journal paraissant à Beauvais, me fait découvrir le compte-rendu d'une conférence publique donnée le 17 mars 1902, avec projections, salle de la Justice-de-Paix de l'Hôtel de Ville, dans le cadre du Cercle laïque d'Education morale, une université populaire locale très active à l'époque.

La vie des insectes sociaux passionne et Maurice Maeterlinck vient à peine de publier chez l’éditeur Fasquelle sa Vie des Abeilles. La Vie des Fourmis ne paraitra qu’en 1926 et la Vie des Termites qu'en 1930.

Au coeur de l'aster ©Roger Puff

Au coeur de l'aster ©Roger Puff

Conférence de Mme Hubert Bourgin

Mme Hubert Bourgin, professeur au Collège Jeanne-Hachette, l’aimable femme du dévoué secrétaire du Cercle laïque, a fait hier soir, dans la salle de la Justice de Paix, une jolie et intéressante conférence sur les insectes et notamment sur les insectes travailleurs, abeilles et fourmis.

Avant d’aborder le sujet traité, nous devons faire remarquer que le Cercle laïque n’a presque rien à envier aux universités populaires de Paris, car il a non seulement ses artistes lyriques et dramatiques, mais aussi ses conférenciers et conférencières.

Après Mlle Lefèvre, dont la conférence parlée et chantée a eu un beau succès bien mérité, c’est Mme Hubert Bourgin, qui a parlé pendant plus d’une heure avec une facilité étonnante et une verve abondante, une précision et une correction parfaites, enfin un réel talent de causeuse délicate et spirituelle, car la conférence toute scientifique qu’elle était, était émaillée de réflexions et d’observations fort justes, pleines d’à-propos.

Voici très succinctement le résumé du sujet traité.

Les mœurs des insectes sont intéressantes en elles-mêmes par la façon dont ces petits animaux accomplissent les actes de leur vie, et intéressantes pour nous par les manifestations d’intelligence qu’elles présentent.

Pour bien comprendre les actes des insectes, il est nécessaire de connaître l’organisation générale d’un insecte. C’est un animal dont le corps se divise en trois parties : la tête qui porte les yeux, les antennes, organes du toucher et de l’ouïe, et la bouche aux mandibules puissantes comme chez le cerf-volant, ou allongées en trompe comme chez le papillon et l’abeille ; le thorax portant les ailes, et les pattes disposées pour courir, sauter, nager ou fouir le sol ; enfin l’abdomen qui n’a point d’appendices. Un tel animal est très vivant, très agile et peut accomplir des actes variés. Il ne nait d’ailleurs pas sous cette forme ailée, mais sous la forme d’une larve, semblable à un ver, qui mange beaucoup, puis s’enveloppe d’un cocon d’où sort, après un temps plus ou moins long, l’insecte parfait.

Au point de vue de l’intelligence, on peut diviser les insectes en deux groupes : les insectes isolés et les insectes vivant en société.

Les insectes isolés usent souvent de procédés ingénieux pour rechercher leur nourriture, tel le récluse masqué qui, pour guetter les punaises des lits dont il se nourrit, s’enveloppe de poussière ; ils savent aussi assurer à leurs œufs, qui éclosent quand les parents sont morts, l’abri et la nourriture appropriée, - par exemple, certains insectes déposent leurs œufs dans le corps d’une chenille dont les jeunes larves se nourriront. Mais tous ces actes se reproduisent de même pour les mêmes espèces ; ils semblent avoir un caractère un peu mécanique ; cependant quelques preuves de progrès ont pu être observées.

Sur un rudbeckia ©Roger Puff

Sur un rudbeckia ©Roger Puff

Les insectes vivant en société, au contraire, nous montrent beaucoup d’actes raisonnés. Ces insectes sont : les abeilles, que nous trouvons très bien étudiées, sous une forme philosophique et poétique, dans la Vie des Abeilles de Maurice Maeterlinck, et les fourmis, au sujet desquelles M. Charles Janet, zoologiste beauvaisien, a donné de sûrs et nombreux documents.

Chez les abeilles comme chez les fourmis, la recherche de nourriture et l’élevage des jeunes sont accomplis par la communauté, où le principe de la division du travail est appliqué. Les actes instinctifs se produisent comme chez les insectes isolés, mais plus souvent que chez ces derniers. On voit des actes provoqués par des causes inattendues et que les hommes ne désavoueraient pas : par exemple, le fait de redresser une ruche ou une fourmilière dont l’équilibre a été accidentellement détruit par un tampon de cire ou de terre à la partie inférieure ; et bien d’autres faits du même ordre.

Dans la société des abeilles, l’individu est complètement sacrifié à la communauté, à l’esprit de la race ; dès qu’il est malade, donc hors d’usage, il est rejeté. Chez les fourmis, au contraire, plus de place est donnée à l’initiative de chacune, et les malades sont soignées par leurs compagnes.

L’étude des mœurs de ces différents insectes nous fait donc voir l’intelligence en dehors de nous et nous fait assister au développement intellectuel se produisant plutôt dans les sociétés que dans l’isolement.

De plus ces intéressantes bêtes peuvent nous présenter un exemple salutaire ; car on peut imaginer une société qui unirait au dévouement des abeilles, pour leur race et leurs générations futures, la personnalité et la sensibilité des fourmis, et cette société pourrait être l’idéal d’une société humaine

Dans le prunus ©Roger Puff

Dans le prunus ©Roger Puff

Les auditeurs ont pris grand plaisir à entendre une aussi gracieuse et aussi intéressante conférencière et le lui ont témoigné maintes fois par de chauds applaudissements.

Des projections lumineuses sur l’anatomie des insectes, ont complété cette conférence aussi utile qu’intéressante qui fait honneur au talent de Mme Hubert Bourgin.

signé André Dély

Le République de l'Oise mars 1902

à partir du journal microfilmé aux Archives départementale de l'Oise

N.B. J'aurais aimé prendre connaissance du texte original de la conférence de Madame Bourgin, hélas ! On ne sait pas où le trouver.

 

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 5 Janvier 2017

Bonne Année 2017 aux Amis des Insectes

C'est avec la photo d'Anna Rodriguez, lauréate du 1er Prix du Jury de notre 3ème édition du concours photo "Insectes de France" que l'Agrion de l'Oise vous souhaite une excellente année 2017.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 20 Décembre 2016

Le travailleur - 1er Prix du Public Concours Photo 2016 - © Ingrid Dauzier

Le travailleur - 1er Prix du Public Concours Photo 2016 - © Ingrid Dauzier

L'Agrion de l'Oise - avec cette photo 1er Prix du Public de la 3ème édition de notre Concours Photo "Insectes de France" - vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année.

Cette photo, titrée "Le travailleur", a été prise par Ingrid Dauzier, que nous félicitons.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 13 Décembre 2016

"Notes d'insectes 2016" ou "Notes d'Insectes du baroque au jazz" : la 2ème édition du concert dédié aux insectes organisé par l'Agrion de l'Oise, dans le cadre superbe de l'Abbaye royale du Moncel, a permis à un public nombreux d'apprécier des artistes de grand talent et d'écouter une musique évoquant merveilleusement nos chères petites bestioles.

Mais il n'y avait pas que de la musique. De très beaux textes consacrés à l'entomologie ont également été dits.

La récitante Annie Dauny et Christophe Chauvet au clavecin -  photo ©Thierry Frayon

La récitante Annie Dauny et Christophe Chauvet au clavecin - photo ©Thierry Frayon

Le concert était animé par Roger Puff, président de l'Agrion de l'Oise, émaillant la présentation des artistes par des propos entomologiques sur les insectes évoqués dans les mélodies et,les pièces instrumentales.

Annie Dauny, la récitante, traitait également des insectes en lisant de très beaux textes extraits d'auteurs du passé ou contemporains, connus de tous comme Jean de la Fontaine, Gérard de Nerval, Colette et Jean Anouilh, contemporain comme l'anthropologue Hugh Raffles (auteur d'Insectopia, ouvrage paru en 2015 chez l'éditeur Worldproject) ou encore oublié comme l'entomologiste Alphonse Labitte, qui, avant 1914, voulait ouvrir un insectarium au Muséum national d'Histoire naturelle à Paris (il faudra en reparler un jour dans ce blog).

Le public nombreux  - photo ©Thierry Frayon

Le public nombreux - photo ©Thierry Frayon

Christophe Chauvet au clavecin débutait le concert par des pièces de musique baroque figuraliste de Joseph Bodin de Boismortier et François Couperin, traitant de puces, de moucherons, d'abeilles, de sylvains et autres papillons.

Les lépidoptères étaient en effet les grandes vedettes de ce spectacle, tant par le texte que par la musique, sans oublier le décor de scène : trois très grandes photos de papillons, tirées par nos amis de Calepins et Epures, entreprise de Verneuil-en-Halatte.

C'est également au clavecin que Christophe Chauvet accompagnait la merveilleuse soprano Sophie Pattey dans Papillon Inconstant de Jean-Philippe Rameau et L'Amour piqué par une abeille de Louis-Nicolas Clérambault.

Entre les multiples espèces de papillons, se nichaient une cigale et une fourmi, avec la fable de La Fontaine qu'Annie Dauny faisait réciter à un public studieux et celle du musicien Valette que chantait Sophie Pattey.

Le baroque faisait place au 20ème siècle avec Insectarium de Jean Françaix, composé toutefois pour clavecin. Un insectarium peuplé de scolopendres (myriapodes), argyronètes (arachnides), talitres (crustacés) et tout de même de quelques insectes : coccinelles, scarabées et fourmis.

La soprano Sophie Pattey et Christophe Chauvet au piano - photo ©Thierry Frayon

La soprano Sophie Pattey et Christophe Chauvet au piano - photo ©Thierry Frayon

La 2ème partie consacrait au piano le 19ème siècle avec les mélodies d'Ernest Chausson sur des poèmes de Charles Leconte de Lisle (une cigale) et de Théophile Gautier (encore des papillons), ou de Charles Gounod avec Tombez, mes ailes, histoire d'une petite fourmi volante, un poème de Ernest-Wilfrid Legouvé.

Plus loin ce serait d'autres compositeurs plus ancrés dans le 20ème siècle : Gabriel Fauré et Le papillon et la fleur, poème de Victor Hugo, puis Francis Poulenc, avec Quelle aventure, une histoire de puce, poème de Maurice Carême.

Ce qui nous montrait les talents de Sophie Pattey dans ces superbes mélodies françaises du baroque au contemporain.

Céline Tourniaire au saxo alto - photo ©Thierry Frayon

Céline Tourniaire au saxo alto - photo ©Thierry Frayon

Un frelon se mettait de la partie avec Lou Cabridan, le frelon en provençal, un air très vivant extrait des Tableaux de Provence de la compositrice Paule Maurice, joué au saxo alto par Céline Tourniaire, qui plus loin nous donnait le très attendu et plus que célèbre Vol du Bourdon de Nicolaï Rimsky-Korsakov, incontournable dès qu'il s'agit d'insectes en musique.

Mais le morceau le plus jazz de ce concert était Le papillon de Claude Bolling, compositeur bien connu pour ses musiques de films. L'alto de Céline y faisait des merveilles.

Christophe Chauvet poursuivait avec Ce que la mouche raconte, un morceau de Bela Bartok, musicien et entomologiste.

Le quatuor de saxophone Céline Tourniaire - photo ©Thierry Frayon

Le quatuor de saxophone Céline Tourniaire - photo ©Thierry Frayon

Céline Tourniaire nous avait fait le plaisir de venir avec trois de ses élèves pour former un quatuor. Elle avait échangé son alto contre un soprano. Ses élèves Anne-Claire Delis au ténor, Sonia Chagnas à l'alto, et Nicolas Gosselin au baryton, complétaient le quatuor pour nous donner Arachnophobie, un morceau très évocateur du jeune compositeur français Maxime Aulio. Le 21ème siècle était donc également bien représenté.

Sophie Pattey et Christophe Chauvet - photo ©Bernard Flamant

Sophie Pattey et Christophe Chauvet - photo ©Bernard Flamant

Le concert devait se terminer sur un air de Puccini, lui aussi très attendu. Chanté par Sophie Pattey, c'était le magnifique Un bel di, vedremo de Madame Butterfly (le fameux "sur la mer calmée", ici en V.O.), superbe air chanté par la belle Cio-Cio-San attendant pleine d'espoir son lieutenant Pinkerton, superbement interprété par la belle Sophie.

Air très apprécié du public comme ses applaudissements nourris le prouvaient.

Christophe Chauvet, piano, Sophie pattey, soprano, Céline Tourniaire, contrebasse - photo ©Roger Puff

Christophe Chauvet, piano, Sophie pattey, soprano, Céline Tourniaire, contrebasse - photo ©Roger Puff

Et pour le bis, Céline Tourniaire surprenait le public en venant avec sa contrebasse accompagner Sophie Pattey et Christophe Chauvet dans une nouvelle fable  La Cigale et la Fourmi, une comptine pour enfants pleine d'humour et de dynamisme du compositeur Jean-Michel Thierry, le pianiste accompagnateur de Raymond Devos.

 

Le salut final  - photo ©Thierry Frayon

Le salut final - photo ©Thierry Frayon

Le concert se terminait par la traditionnelle remise des bouquets aux artistes, mais à L'Agrion de l'Oise, les fleurs ont été amoureusement transformées par nos amies abeilles en délicieux miel, ici de printemps, des Ruchers des Trois Forêts, dont celle de Halatte qui jouxte l'Abbaye royale du Moncel.

Un pot de l'amitié terminait le spectacle. Il était même possible d'y tenter l'entomophagie et surtout d'admirer les photos de la 3ème édition du concours photo "Insectes de France" organisé par L'Agrion de l'Oise.

Y aura-t-il une 3ème édition du concert ?

Celui de cette année a pu être proposé gratuitement au public grâce au soutien financier de la SANEF, des agences du Crédit Mutuel Nord-Europe et des assurances MMA de Pont-Sainte-Maxence, de la Communauté de Communes Pays d'Oise et d'Halatte, ainsi que du soutien logistique de la commune de Verneuil-en-Halatte.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 8 Décembre 2016

Les papillons en concertLes papillons en concert

Les papillons ? Papillon, Schmetterling, butterfly, mariposa, farfalla, borboleta,vlinder,  féileacán, pūrerehua, etc. Que de jolis mots pour ce bel insecte.

Couperin, Rameau, Chausson, Fauré, Bolling et même Puccini.... Que de musiciens et de poètes se sont inspirés depuis des siècles, du baroque au jazz, de leurs ailes graciles et de leurs couleurs chatoyantes.

Venez les découvrir en musique, chantés par la soprano Sophie Pattey ou au son du saxo de Céline Tourniaire, accompagnées au clavecin ou au piano par Christophe Chauvet,

Et découvrez bien d'autres insectes encore, notamment un cabridan provençal et un bourdon slave de haut vol, et quelques autres arthropodes - tout un insectarium - toujours en musique, mais aussi en paroles avec Gérard de Nerval et Colette, dits par Annie Dauny

Vous serez enchantés, c'est assuré

Concert : Notes d'Insectes du baroque au jazz
Dimanche 11 décembre 2016
16h30
dans le cadre prestigieux de l'Abbaye royale du Moncel à Pontpoint (Oise)

Il reste encore quelques places

Réservation : 06 25 00 21 26 ou
lagriondeloise@orange.fr

Pour en savoir encore plus

Concert organisé avec le soutien de la Communauté de communes Pays d'Oise et d'Halatte, de la SANEF, des agences du Crédit Mutuel Nord-Europe et de MMA de Pont-Sainte-Maxence

 
Les papillons en concertLes papillons en concert

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 14 Novembre 2016

En décembre 2015, l’Agrion de l’Oise avait organisé une 1ère édition du concert "Notes d'Insectes" dans le site prestigieux de l’Abbaye royale du Moncel à Pontpoint. Ce premier concert organisé avec le Chœur des Aulnes, chorale de Verneuil-en-Halatte, le pianiste Christophe Chauvet, le violoncelliste Pierre Cesmat et la flutiste Camille Carpentier avait rencontré un réel succès avec une salle de 300 places comble et de nombreux mélomanes frustrés s’étant vu refouler par manque de place.

Dans le cadre de ses actions et pour la 2ème année consécutive, L’Agrion de l’Oise propose un concert sur le thème des insectes, qui cette année se tiendra - toujours à l’Abbaye royale du Moncel à Pontpoint (Oise) - le dimanche 11 décembre 2016 à 16h30. Le souhait de l’Agrion de l’Oise est d’offrir au public des artistes de qualité et si possible de pérenniser cette manifestation en lui donnant un rayonnement régional.

La direction artistique de ce concert est assurée par Christophe Chauvet.

Cette manifestation bénéficie du soutien financier de la Communauté de Communes Pays d’Oise et d’Halatte, de la SANEF, du Crédit Mutuel et de MMA, ainsi que du soutien logistique de la ville de Verneuil-en-Halatte.

Le concert étant gratuit, la réservation est obligatoire :

Par mail  lagriondeloise@orange.fr

ou par téléphone : 06 25 00 21 26

Concert "Notes d'Insectes" 2ème édition 2016

Les artistes

Sophie Pattey, soprano, accompagnée au clavecin par Christophe Chauvet  donnera des airs baroques de Boismortier, Clérambault, Couperin, Rameau, puis accompagnée au piano des mélodies françaises de Gounod, Fauré, Poulenc, ainsi qu’un extrait de l’opéra Madame Butterfly de Puccini.

Après un cursus musique/études en harpe et chant au CNR de Paris, Sophie Pattey étudie la voix avec Béatrice Cramoix, Blandine de St Sauveur, Caroline Pelon et Guillemette Laurens. Elle suit également des études de Musicologie en Sorbonne et s'intéresse tant à la musique contemporaine, à la musique ancienne, à la scène qu’à la pédagogie musicale. Elle complète son cursus par un travail sur les pédagogies actives à Lyon (Laurence Lescure), et une préparation au CA de formation musicale, qu’elle obtient en 1994 (CNR de Boulogne). Depuis 1990, elle enseigne la formation musicale, l’éveil dès le plus jeune âge et le chant aux conservatoires de Meaux de Chantilly, et depuis octobre 2016 au conservatoire de Taverny.

Elle chante et enregistre avec plusieurs ensembles musicaux (Sagittarius, Akadêmia, Les Passions, Le Triomphe de Neptune, Oratorio, Polyphonia, Résonances, la Compagnie A demi-mot, Orfeo, ou encore l’orchestre de Bayonne) tant en chambriste, artiste invitée, solistes ou sur scène, en France ainsi  qu’ à l’ étranger (Suisse, Allemagne, Espagne, Portugal, Pays-Bas, Italie, île de la Réunion, Estonie, Russie, Chine...)  Actuellement, on la retrouve dans les Passions et Oratorios de JS Bach, le répertoire baroque, en récital : "Rachmaninov, Strauss et Berg", "L'âme du XIX° Le lyrisme en France et en Allemagne", "Bach Intime" Sagittarius/G. Cantagrel, "Les triomphes de l’Amour" Sagittarius/Th. Peteau, "Cactus" À demi-mot, "Olympe l’insoumise" les Passions, "Passions à table" les Passions. Elle a publié, avec M.-A. Charritat, la méthode de FM  "FM 3e cycle... Tout compris" en 3 volumes, aux éditions Henry Lemoine pour laquelle elle a obtenu le prix de l'innovation de la Sacem en 2013. 

Céline Tourniaire mène de front la pratique et l'enseignement de deux instruments, le saxophone et la contrebasse. Elle nous propose au saxophone plusieurs pièces, dont Les papillons de Claude Bolling, et on pourra la retrouver à la contrebasse avec Sophie Pattey et Christophe Chauvet dans un extrait d’une comédie musicale américaine.

En  tant que saxophoniste, elle est membre du quatuor de saxophones Diaphase, présent sur la scène nationale et internationale depuis plus 20 ans, dans un répertoire classique, jazz et de transcriptions. Elle se produit régulièrement comme contrebassiste au sein des orchestres de Lille, de Picardie, de Bretagne, et dans l'orchestre Lamoureux.

Diplômée d'Etat en saxophone, après avoir décroché des premiers prix aux Conservatoires de Montpellier et de Bourg-la-Reine, Céline Tourniaire a également obtenu un premier prix et un diplôme de perfectionnement en contrebasse au Conservatoire d'Aubervillier la Courneuve. Elle enseigne ces deux instruments au Conservatoire de Creil (60). Depuis 10 ans, elle est professeure de saxophone à l'Académie internationale de musique de Gérardmer, et se produit lors du festival annuel de la ville vosgienne, fin août.

Annie Dauny, récitante, assurera quelques intermèdes littéraires.

Formée à la lecture à haute voix par Mireille Guerre, comédienne et metteur en scène du Théâtre des Bernardines à Marseille et par Marc Roger, lecteur public. A créé en 2004 l'association Les Histoires d'Annido, qui intervient lors d’événements culturels en Picardie et en Ile de France. Partenaire du service éducatif du Château de Chantilly pour la réalisation de balades contées auprès d’un public scolaire.

 

Christophe Chauvet

La direction artistique est assurée par Christophe Chauvet qui accompagnera également les solistes au clavecin puis au piano. Il proposera par ailleurs des morceaux en soliste, notamment L’Insectarium du compositeur Jean Françaix au clavecin.

Diplômé des CRD de Bourges, où il a été formé par Anne-Marie Péducasse, et d’Aulnay-sous-Bois, de l’Ecole Normale de Musique de Paris et l’Université Paris IV Sorbonne, Christophe Chauvet est Prix de la Ville de Paris et lauréat du Tournoi International de Musique de Rome. Très actif dans le milieu de l’enseignement musical (directeur pédagogique et artistique de l’Ecole de Musique de Senlis de 2008 à 2014), il mène en parallèle une carrière de chambriste qui l’a conduit à partager la scène, tant en France qu’à l’étranger (Espagne, Grande-Bretagne, Suisse, Allemagne, Etats-Unis, Japon) avec des instrumentistes de premier plan : Pablo Schatzman, Jean-Pierre Néré et Eileen Doty (violon), Ken Wassim Ubukata et Ladislav Szathmary (violoncelle), Mihi Kim (flûte traversière), Anne Leforestier, Marcos Barrientos, Jean-Louis Bergerard et Serge Conte (clarinette), Françoise Chaffiaud (piano)…

Pianiste accompagnateur recherché, l’essentiel de son activité artistique est tourné depuis quelques années vers l’art vocal. On a pu l’entendre aux côtés des sopranos Sophie Pattey, Isabelle Germain et Dominique Moaty, de la mezzo Delphine Terrier, du ténor Xavier Mauconduit et de l’Ensemble Vocal Intermezzo que dirige Claire Marchand. Fondateur et Directeur artistique du Chœur et de l’Orchestre de Chambre de Senlis.

La présentation du spectacle sera assurée comme en 2015 par Roger Puff, président de l’Agrion de l’Oise, qui donnera en regard des pièces l’éclairage entomologique correspondant aux insectes évoqués dans les œuvres.

Pour en savoir plus sur l'édition 2015

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 7 Novembre 2016

L'Agrion de l'Oise propose une conférence ouverte à tous le jeudi 24 novembre à 20h00 à l'Institut universitaire de Technologie de Creil par Dr Muriel VAYSSIER-TAUSSAT, directrice de recherche à l'INRA, responsable de l'équipe Vectotiq (Ecologie des agents pathogènes transmis par les tiques) à Maisons-Alfort

Les tiques, quels dangers pour la santé ?

Comme les insectes; les tiques appartiennent à l'embranchement des arthropodes, en fait ce sont des acariens de la classe des arachnides. Hématophages, elles effectuent plusieurs repas sanguins au cours de leur cycle de vie (larve, nymphe, adulte). Au cours de leurs repas elles peuvent se contaminer avec des agents pathogènes présents chez les animaux sauvages sur lesquels elles se nourrissent. Ces agents pathogènes sont alors transmis par les tiques à d’autres hôtes vertébrés au cours de leurs prochains repas.

Les tiques constituent un réel problème de santé publique et vétérinaire. En Europe elles sont, avant les moustiques, les premiers vecteurs de maladies infectieuses chez l’Homme et l’animal. Chez l’Homme, la maladie transmise par les tiques la mieux connue est la maladie de Lyme. Elle est due aux bactéries appartenant au groupe Borrelia burgdorferii. Chaque année 85 000 nouveaux cas sont déclarés en Europe. D’autres micro-organismes (bactéries, virus, parasites) sont également transmis par les tiques et sont à l’origine de maladies chez l’Homme et l’animal.

Le 24 novembre 2016 à 20h00 dans l’amphithéâtre de l’Institut Universitaire de Technologie de Creil, à l’invitation de l’Association L’Agrion de l’Oise, Muriel Vayssier-Taussat donnera une conférence sur les tiques et les maladies dont elles sont les vecteurs.

Dr Muriel Vayssier-Taussat - photo INRA

Dr Muriel Vayssier-Taussat - photo INRA

Dr Muriel Vayssier-Taussat est directrice de recherche à l’INRA, responsable de l'équipe Vectotiq (Ecologie des agents pathogènes transmis par les tiques), dépendante de l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et de l’Agence de la sécurité sanitaire, alimentaire, environnementale et du travail (ANSES).

Dr Muriel Vayssier-Taussat a été membre du groupe de travail sur l'état des connaissances sur la Borréliose de Lyme, qui a remis son avis au Haut Conseil de la Santé publique. Elle est aussi membre du conseil scientifique de la Fédération française contre les maladies vectorielles à tique. Elle a participé à l'ouvrage « Dix ans de recherche sur les liens entre changements environnementaux et transmission des maladies à vecteurs », qui recense les résultats de projets européens, regroupant 80 équipes scientifiques issues de 58 organisations partenaires, dans 23 pays européens, méditerranéens et d’Afrique de l’Ouest. De formation universitaire, elle est docteur en microbiologie et travaille sur la thématique des tiques depuis 2001. Elle a écrit une soixantaine d'articles sur les infections transmises par les tiques.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 31 Octobre 2016

Ce palmarès de la 3ème édition de notre concours photos "Insectes de France", que vous soyez candidats sélectionnés ou non, public votant ou organisateurs, vous l’attendiez.

Le voilà enfin.

dépouillement des votes

dépouillement des votes

Après 8 jours d’exposition et de votes, pratiquement une heure de dépouillement de près de 800 bulletins, le verdict a été rendu samedi 29 octobre à 17h30.

Mais auparavant la main innocente du petit Ethan avait tiré deux bulletins au sort. Ce sont ceux de Marc Chartrel et de Carole Lelay que nous allons contacter pour leur remettre leurs prix offerts par McDonald's.

La remise des prix se fit par Madame Khristine Foyart, vice-présidente à la Culture du Conseil départemental de l’Oise, vice-présidente à la Culture de la Communauté de Communes Pays d’Oise et d’Halatte et maire de Brenouille et, qui plus est, présidente du jury de notre concours. L’artiste-photographe Gilles Mermet, co-président du jury, n’avait pu nous rejoindre. Messieurs Philippe Venet, directeur du Centre commercial Leclerc, et Eric Warin, directeur de Brico Leclerc et Jardi Leclerc étaient également présents.
 

ouverture de la remise des prix

ouverture de la remise des prix

La remise des prix débuta par les Prix du Jury choisis parmi les 26 photos sélectionnées à l’issue de la délibération du 27 septembre. Le jury avait eu à faire un choix difficile avec plus de 200 photos présentées par 71 photographes. 60% des photographes étaient de l’Oise, 75 % des Hauts-de-France, les 25% restant venaient de l’Ile-de-France, de Provence-Côte d’Azur, de Grande Aquitaine, de Rhône-Alpes-Auvergne, du Grand Est, de Normandie et de Pays de Loire, démontrant ainsi que notre concours prend une dimension nationale. Le candidat le plus âgé allait avoir 83 ans, le plus jeune venait d’avoir 9 ans. La majorité des candidats était composés d’actifs, on comptait 30% de retraités. Si l’on poursuit dans les statistiques, plus de 30% des photos représentaient des lépidoptères (papillons), 18% des odonates (libellules et demoiselles), 14% des coléoptères (avec pas mal de coccinelles), 9% des hyménoptères (abeilles, bourdons, fourmis), 6% des orthoptères (criquets, sauterelles, …), etc.

1er Prix du Jury : Aganpanthie des chardons ©Anna Rodriguez

1er Prix du Jury : Aganpanthie des chardons ©Anna Rodriguez

Le 1er prix du Jury « adultes » a été remis à Anna Rodriguez de Douy (Eure-et-Loir) pour sa photo « Agapanthie des chardons », qu'elle nous dit être un longicorme présent dans toute la France et se nourrissant de chardons. La photo a été réalisée avec un boitier Canon Eos 7D Mark II, muni d’un objectif Canon 100 mm. Malheureusement la candidate n’avait pu être à Pont-Sainte-Maxence pour recevoir son prix : un bon d’achat de 100 € offert par Brico-Leclerc et un ouvrage sur la ville de Senlis offert par Oise Tourisme.

2ème Prix du Jury : Vol nuptial  ©Jean-Louis Vervoort

2ème Prix du Jury : Vol nuptial ©Jean-Louis Vervoort

Jean-Louis Vervoort et sa photo

Jean-Louis Vervoort et sa photo

Le 2ème prix du Jury « adultes » revenait à Jean-Louis Vervoort de Noyon (Oise) pour son « Vol nuptial dans le Marquenterre – il n’y a pas que des oiseaux là-bas mais aussi pas mal d’insectes ». La photo a été réalisée avec un boitier Canon Eos 7D Mark II, muni d’un objectif Canon 300 mm.  Madame Foyart lui remis son prix : un coffret cadeau d’une valeur de 60 € offert par L’Agrion de l’Oise et un ouvrage sur la vallée de l’Automne offert par Oise Tourisme.

3ème Prix du Jury : Abeille xylocope  ©Pierre Girard

3ème Prix du Jury : Abeille xylocope ©Pierre Girard

Le 3ème prix du Jury « adultes » était attribué à Pierre Girard de Brignoles (Var) pour sa belle abeille xylocope (Xylopea violacea), photo prise avec un boitier Nikon D800, muni d’un objectif Nikkor AF 105 mm. Vu l'éloignement du Var, il n’était pas présent pour recevoir son prix : une monture solaire d’une valeur de 49 € offerte par Grand Optical et l’ouvrage « Balades dans l’Oise » offert par Oise Tourisme.

Prix spécial du Jury : Libellule en situation délicate ©jean-Louis Reymonet

Prix spécial du Jury : Libellule en situation délicate ©jean-Louis Reymonet

Jean-Louis Reymonet recevait le Prix spécial du Jury pour sa magnifique photo « Libellule en situation délicate », un guêpier photographié dans une carrière de l’Aisne avec une libellule dans le bec,  photo clin d'oeil déclarée hors concours par le Jury, l’oiseau ayant le beau rôle… Photo prise avec un boitier Canon 1DS Mk III, objectif Canon 500 mm.

Venaient ensuite les Prix du Jury « moins de 18 ans », notre association étant soucieuse de développer la photo d’insectes chez les jeunes. Il est d('ailleurs prévu pour 2017 des ballades entomologiques avec intiatiation à la photo d'insectes.

Pour les jeunes, on débuta par le 3ème prix.

 

3ème Prix du Jury "moins de 18 ans" Le butineur ©Yannis langlois

3ème Prix du Jury "moins de 18 ans" Le butineur ©Yannis langlois

Le 3ème Prix du Jury « moins de 18 ans » revenait à Yannis Langlois, notre plus jeune candidat avec ses 9 ans à peine, de Saint-Ouen L’Aumône (Val d’Oise) qui nous avait prévenu qu’il ne pourrait être sur place. Il reçoit pour sa photo « Le butineur » ainsi décrite – Le butineur est un papillon de nuit, il butine les fleurs blanches et jaunes surtout au petit matin - une monture solaire offert par Grand Optical et un ouvrage sur les ballades nature dans l’Oise, offert par Oise Tourisme. Yannis nous précisait « j’ai utilisé l’appareil photo de maman, un Pentax KR avec objectif 18-55. C’était au bord de la mer à Saint-Aubin en été ».

Amis photographes, prêtez vos appareils à vos enfants, il sont doués.

2ème Prix du Jury "moins de 18 ans" Le gendarme ©Tea Masson

2ème Prix du Jury "moins de 18 ans" Le gendarme ©Tea Masson

Téa Masson près de sa photo

Téa Masson près de sa photo

Le 2ème Prix du Jury « moins de 18 ans » revenait à Téa Masson, 14 ans, de Villeneuve-sous-Verberie (Oise), pour sa photo « Un soir d’été, un gendarme – Pyrrhocoris apterus – se laisse gentiment photographier dans mon jardin ». Téa a réalisé cette photo avec un téléphone portable Iphone 5 équipé d’un Olloclip Macro 14x.

Les portables, chez les jeunes,  vont-ils concurrencer nos braves reflex ?

1er Prix du Jury "moins de 18 ans" Cache-cache ©Julie Harang

1er Prix du Jury "moins de 18 ans" Cache-cache ©Julie Harang

Julie Harang près de sa photo

Julie Harang près de sa photo

Le 1er Prix du Jury « moins de 18 ans » était décerné à Justine Harang, 17 ans, de Bulles (Oise) pour sa photo qu’elle présentait comme une partie de cache-cache entre un papillon - qui ne lui avait pas laissé son nom – qui prenait un malin plaisir à changer d’épi et une photographe pas agile avec ses pieds. La photo était prise avec un bridge Canon Powershot SX510 HS. Le prix consistait en un bon d’achat pour tirages photographiques chez Photo Henrique à Pont-Sainte-Maxence (le photographe qui réalise tous les tirages papier pour nos expositions) et un ouvrage offert par Oise Tourisme.

Prix d'encouragement : le gardien du tronc ©Celia Dersigny

Prix d'encouragement : le gardien du tronc ©Celia Dersigny

Mais ce n’est pas tout pour les jeunes. Le jury avait décidé de récompenser par un prix d’encouragement Célia Dersigny, 12 ans, de Saint-Martin aux Bois (Oise) pour sa photo ainsi décrite : Le gardien du tronc : l’insecte était resté au même endroit durant de longues minutes ; j’ai eu le temps de le photographier mais je n’ai pas réussi à trouver le nom de l’insecte. Le jury avait beaucoup apprécié l’insecte et les couleurs de la photo, mais le cliché manquait par trop de netteté, pourtant le temps n'avait pas manqué (pris avec un téléphone mobile Samsung Galaxy core prime).

Venaient enfin les prix du Public. Sur les 780 bulletins on relevait 7 nuls et 7 blancs, donc 766 votes exprimés.

3ème Prix du Public : Hum! quel régal ! ©Philippe Meurant

3ème Prix du Public : Hum! quel régal ! ©Philippe Meurant

Philippe Meurant, sa coccinelle et ses pucerons

Philippe Meurant, sa coccinelle et ses pucerons

Le 3ème Prix du Public revenait – avec 67 suffrages - à la photo n°7 présentée par Philippe Meurant, de Rousies (Nord) présent pour l’occasion pour sa photo « Hum ! quel régal ! » se dit cette coccinellidae en dévorant ces pucerons de Rousies dans les Hauts-de-France. La photo a été prise avec un boitier Nikon D3200 équipé d’un objectif macro Nikkor AF-S VR. Le candidat se voyait remettre une monture solaire offerte par Grand Optical et un ouvrage sur l’Oise offert par Oise Tourisme.

C'était une heptapuncta, notre brave bête à Bon Dieu et ses 7 points, terreur des pucerons de nos jardins.

 

2ème Prix du Public et 3ème Prix du Jury : Abeille xylocope  ©Pierre Girard

2ème Prix du Public et 3ème Prix du Jury : Abeille xylocope ©Pierre Girard

Le 2ème prix du Public était avec 80 votes pour Pierre Girard de Brignoles (Var), déjà 3ème prix du Jury, avec son abeille xylocope. Il recevra un bon d’une valeur de 50 € pour un encadrement offert par Brico Leclerc et un ouvrage sur l’Oise offert par Oise Tourisme, pour lui donner l’envie de venir sur place chercher ses prix. Nous l'attendons.

On aurait aimé cependant une description un peu plus copieuse de ce superbe insecte. Les candidats avaient droit à 140 signes pour s'exprimer techniquement ou poétiquement.

1er Prix du Public "Le travailleur"  ©Ingrid Dauzier

1er Prix du Public "Le travailleur" ©Ingrid Dauzier

Ingrid Dauzier et sa photo

Ingrid Dauzier et sa photo

Enfin le 1er prix du Public était incontestablement avec 101 suffrages pour Ingrid Dauzier, d’Estrées-Saint-Denis (Oise), avec une photo très appréciée des petits et des grands "Le travailleur, un Bombus pascuorum, plus communément appelé bourdon des champs". La photo a été prise avec un boitier Olympus em10 Mark II, équipé d’un objectif 14 mm avec convertisseur macro MCON-P02. Ingrid a pu recevoir son prix des mains de Philippe Venet, directeur du centre commercial, qui depuis deux ans accueille avec bienveillance notre exposition, à savoir un bon d’achat d’une valeur de 100 € à l’Espace culturel Leclerc de Pont-Sainte-Maxence et bien sûr le livre offert par Oise Tourisme.

Françoise cassagne et sa trichie méritent un prix de consolation

Françoise cassagne et sa trichie méritent un prix de consolation

Tous nos autres candidats n’ont pas démérité loin de là. Françoise Cassagne de Moy (Oise) était bien sûr un peu déçue avec sa très belle trichie arrivée loin derrière. Pourquoi ce très beau coléoptère, se déguisant en bourdon et habile butineur, n'a-t-il pas recueilli plus de suffrages ?

Mais comme tous les autres candidats, Françoise participera à l’édition 2017 de notre concours « Insectes de France ».

N’oublions pas tous les autres candidats qui n’avaient pas été sélectionnés par le Jury. Le choix a été difficile car il y avait énormément de bonnes photos. Bravo et merci à vous tous. Nous comptons sur votre candidature par la 4ème édition qui sera lancée le 1er mai 2017 et clôturée le 31 août à minuit.

Remerciements

Merci à notre jury, merci au public votant, merci au centre commercial Leclerc pour avoir accueilli notre exposition pour la deuxième année consécutive, à l’Espace Culturel Leclerc, à Brico Leclerc, à Jardi Leclerc, à Grand Optical, à Photo Henrique et à Oise Tourisme pour avoir doté notre concours. Merci à la municipalité de Verneuil-en-Halatte pour le prêt des grilles et à Philippe Delmer pour les panneaux blancs et les cimaises, sans oublier la Communauté de Communes Pays d’Oise et d’Halatte pour nous avoir confié sa précieuse urne, sans quoi le vote eu été impossible.

Voir les commentaires

Repost 0