Les coccinelles asiatiques

Publié le 5 Avril 2014

Le week-end dernier j’étais du côté du Tréport et en haut de la falaise j’ai remarqué de petits insectes en grand nombre : de petits coléoptères verts, des moucherons et également quelques coccinelles.

Ces coccinelles étaient de couleurs différentes, il y en avait des oranges, des jaunes et des rouges avec un nombre de points variable. Indubitablement des coccinelles asiatiques. J’ai pu faire quelques photos mais de qualité médiocre malheureusement.

Que peut-on dire de ces bestioles ? Originaires d’Asie, ces coccinelles Harmonia axyridis ont été utilisées pour la lutte biologique aux Etats-Unis dès 1916, plus systématiquement à partir des années 60. Des pullulations ont été observées aux Etats-Unis au nord-est en 1988 et au nord-ouest en 1990. En Europe les observations de pullulations remontent aux débuts des années 2000 en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne. En France elles sont apparues en 2004 dans le Nord-Pas-de-Calais, en Picardie et en Ile-de-France, à présent elles sont en Normandie, en Champagne-Ardennes….

Les coccinelles asiatiques

Cette espèce avait au départ tout pour plaire, importée pour lutter contre les pucerons, comme le fait notre bonne vieille Bête à Bon Dieu, qui, selon une légende remontant au Xème siècle, tiendrait son nom d’une coccinelle qui s’était posée avec obstination sur le cou d’un condamné, qui clamait son innocence et qu’on allait décapiter. Cette intervention du petit coléoptère fut considérée comme divine et lui valu ce surnom sympathique.

La coccinelle asiatique, très vorace, mange les pucerons et aussi d’autres insectes comme les psylles, les cochenilles, ainsi que des larves d’autres coccinelles, voire de lépidoptères. Elle s’attaque même aux fruits et peut gâter les vendanges. Elle a, dans certaines régions, supplanté la coccinelle autochtone.

Les coccinelles asiatiques

A l’automne on les voit se regrouper en quantité (par un bel après-midi ensoleillé de fin de saison, habillé de blanc, je me suis vu couvert d’une vingtaine de coccinelles de toutes couleurs avec des taches plus ou moins nombreuses, voire sans tache). Elles vont quelquefois pénétrer dans les maisons où elles hiberneront. Elles ne mangent pas pendant cette pause, ne se reproduisent pas, ne font pas de dégâts, sauf si on les écrase... C’est néanmoins assez dérangeant d’abriter chez soi une kyrielle de ces insectes. Au printemps elles vont quitter leurs abris pour se reproduire, pondre leurs œufs qui donneront des larves qui, comme les adultes, se nourriront de pucerons. Plusieurs cycles de reproduction se succèderont jusqu’à l’automne.

Les pullulations de la coccinelle asiatique ont fait d’elle un insecte invasif nuisible risquant d’affecter les écosystème locaux, détériorant des productions viticoles, gênante dans les habitations, responsable même de quelques cas d’allergies (observés aux Etats-Unis). Selon les spécialistes de l’INRA, les coccinelles qui nous envahissent en Europe sont originaires d’Amérique du Nord et ont pu se mélanger à d’autres espèces locales.

Un observatoire a été mis en place et collecte grâce à un réseau d’entomologistes en régions les informations sur l’expansion des populations de coccinelles asiatiques.

Les coccinelles asiatiques

A noter que par ailleurs l’INRA avait également importé des coccinelles de Chine dès 1982 pour la lutte biologique dans le Midi. Aujourd’hui la société française Biotop propose des coccinelles mieux adaptées au biocontrôle et ne présentant pas le risque de pullulation. Développée depuis 1995 à partir de Harmonia axyridis, la coccinelle Coccibelle® est une souche "sédentaire", incapable de voler, qui peut être utilisée au stade larvaire sur les plantes basses. Biotop propose également d’autres souches d’espèces adaptées à différents types de culture, comme Coccifly® (Adalia bipunctata) ou Coccilaure® (Hippodamia undecimnotata).

Les coccinelles asiatiques

Il faudra y regarder à deux fois quand vous verrez une supposée "Bête à Bon Dieu" dans votre jardin.

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article