Les insectes des Dix Plaies d'Egypte

Publié le 10 Mai 2014

Dans un précédent article, à propos des fourmis au cinéma et plus particulièrement du film "Quand la Marabunta gronde", j’ai évoqué la plaga de hormigas, la plaie des fourmis. Le héros masculin du film est Charlton Heston, qui peu de temps après - en 1956 - jouera le rôle de Moïse dans "Les Dix Commandements" de Cecil B. De Mille. Le film, sorti en France en janvier 1958, tous les gens de ma génération s’en souviennent, était un des premiers très longs métrages. En Technicolor et Vistavision, il durait 3 heures et 39 minutes avec un entracte. Est-ce parce qu’il avait connu la plaga de hormigas, que Charlton Heston-Moïse fit subir à l’Egypte les fameuses dix plaies ? Bien sûr que non, c’est dans la Bible, tout le monde sait cela. Troublant tout de même cette prédestination pour Charlton, mais qui va s’en plaindre ?

Ce qui est plus important pour nous c’est que sur les dix fameuses plaies que Moïse y déclencha, il y en avait trois dues aux insectes. Je ne vous rappelle pas toute la série de dix. Je me contente de la 3ème "toute la poussière du sol se changea en moustiques", de la 4ème "des taons en grand nombre entrèrent dans tout le pays d’Egypte" et de la 8ème "Les sauterelles couvrirent toute la surface du pays".

Et à l’époque, on ne connaissait pas les insecticides, l’Égypte dû subir chaque plaie et Pharaon à chaque fois dû demander grâce.

Les insectes des Dix Plaies d'Egypte

Revenons au Livre de l’Exode qui nous conte le départ des Hébreux d’Egypte. Tiens prenons une Bible publiée en 1859 par la Société biblique américaine, traduite en français, et cherchons le texte. La plaie dite des moustiques vient après celle des grenouilles qui tombent du ciel. Mais dans cette version de 1859, point de moustiques, mais des poux…

« Et l’Eternel dit à Moïse : Dis à Aaron : Etends ta verge, et frappe la poussière de la terre, et elle devint des poux sur les hommes et sur les bêtes ; toute la poussière du pays devint des poux en tout le pays d’Egypte ».

Faudrait savoir ? Moustiques ou poux ? Ce n’est pas la même chose. Les poux, c’est le fléau des écoles, cela se traitait dans le temps avec "la Marie Rose, la mort parfumée des poux", qui fit la fortune du dramaturge Armand Salacrou. Aujourd’hui, les poux font de la résistance. Bref dans un cas comme dans l’autre, ils nous ennuient énormément, mais le moustique surtout le tigre est bien plus dangereux que le brave pou. Au fait, poux de tête ou poux de corps ? Cette version de la Bible n’en dit rien de plus. Il aurait fallu demander à Charlton Heston, il devait savoir.

Qu’en est-il pour la 4ème plaie ? Va-t-on bien avoir des taons, ou à la rigueur des mouches ? Que dis Moïse à Pharaon ?

« Car si tu ne laisses pas aller mon peuple, voici, je m’en vais envoyer, contre toi, contre tes serviteurs, contre ton peuple et contre tes maisons, un mélange d’insectes ; et les maison des Egyptiens seront remplies de ce mélange, et la terre aussi sur laquelle ils seront. »

D’accord, il ne se mouille pas, il envoie un mélange d’insectes, comme on dirait un mélange de céréales pour le petit déjeuner du matin. Il n’y avait donc pas d’entomologistes spécialistes des diptères à cette époque ? Il aurait lui bien vu que sur la photo ci-dessous ce ne sont pas des diptères, mais des hyménoptères (tentredo mesomelas, ne vous fatiguez pas à retourner votre écran)...

Les insectes des Dix Plaies d'Egypte

Qu’est ce que cela va donner pour la 8ème plaie. Je lis :

« Laisse aller mon peuple, afin qu’ils me servent. Car si tu refuses de laisser aller mon peuple, voici, je vais faire venir demain des sauterelles en tes contrées, qui couvriront toute la face de la terre, tellement qu’on ne pourra voir la terre, et qui brouteront le reste de ce qui est échappé, que la grêle vous a laissé, et brouteront tous les arbres qui poussent dans les champs. »

Rappel : la grêle avait été la 7ème plaie, juste avant. Pharaon ne céda pas et :

« Moïse donc étendit sa verge sur le pays d’Egypte ; et l’Eternel amena sur la terre un vent oriental tout ce jour-là et toute la nuit ; et au matin le vent oriental eut enlevé les sauterelles. Et il fit monter les sauterelles sur tout le pays d’Egypte, et les mit dans toutes les contrées d’Egypte : elles étaient fort grosses, et il n’y en avait point eu de semblables avant elles, et il n’y en aura pas de semblables après elles, etc. »

Les insectes des Dix Plaies d'Egypte

Moïse ne plaisantait pas. En tout cas, cela nous montre que les sauterelles, comme fléau, ne font aucun doute, alors qu’entre les moustiques et les poux on peut hésiter et quand on ne sait pas, on parle de mélange d’insectes.

Mais soyons sérieux, enfin essayons.

La 3ème plaie. Les moustiques sont un véritable fléau. Ils nous apportent des tas de maladies. Ils nous envahissent, profitant des transports aériens pour sauter d’un continent à l’autre, enfin pour ceux qui sont impatients et n’attendent pas les effets du changement climatique.

On a craint une véritable invasion de moustiques à l’été 2013. Disons que la presse en a parlé. L’Est Eclair, un quotidien de Champagne-Ardenne rapportait les propos du porte-parole du syndicat de démoustification Marne-Aube qui disait "Les crues et les débordements de nappes phréatiques d'avril dernier ont fait éclore des milliards d'œufs". Un site Internet publiait des cartes inquiétantes (et publie toujours, je viens de le consulter). Il s’avère qu’il est soutenu par un laboratoire proposant des produits anti-moustique. Bon marketing… Il n’y a pas de mal à cela, mais de là à parler d’invasion. On est tout de même loin des plaies d’Egypte.

Voilà pour les moustiques, mais quid des poux ? On parle, nous dit un autre site, d’invasion de poux lorsqu’on dénombre 10 à 20 poux dans une chevelure. D’accord ce n’est pas agréable et les mamans ont vite fait de déclarer la guerre aux poux avec moult produits chimiques ou naturels ou encore "peigne électronique". Les techniques sont nombreuses et progressent à mesure que la résistance des poux augmente.

Ceci dit s’agissant de l’Egypte et plus particulièrement des bords du Nil, je parierai plutôt pour "moustiques" que pour "poux".

Les insectes des Dix Plaies d'Egypte

Je veux en avoir le cœur net. Je trouve un autre ouvrage "Le grand Dictionnaire de la Bible – Explication littérale et historique de tous les mots propres du Vieux et Nouveau Testament…" édité en MDCCXVII (1717) à Lyon, par la veuve de Jean Certe et son fils Jacques Certe, rue Mercière. Là aussi point de moustiques, mais bien des poux… Certes. En fait le même ouvrage dans une page récapitulant les dix plaies, nous dit « La troisième, celles de petits insectes piquants ». Une autre entrée du dictionnaire parle de « scinifes ou cinifes, moucheron ou pou volant, une sorte de petits insectes très piquants & très facheux, dont Dieu se servit pour punir Pharaon & les Egyptiens […] ce fut la troisième plaie, l’an 2544 ». Donc ce ne sont pas les poux de nos chères têtes blondes, mais bien des bestioles qui volent et qui piquent… Une bible illustrée de 1725 parle de "mouches, bourdons et guêpes"… mais va pour les moustiques et restons en là. Comment vous me dites que ces bestioles pourraient être des nonos, ces petits moucherons piqueurs de Polynésie ? Leptoconops albiventris ou Culicoïdes bellani ? Faudrait savoir ?

La 4ème plaie. Des mouches, des taons ou un mélange d’insectes ? L’ouvrage de 1717 parle de "La quatrième, celles des mouches très importunes et très incommodes". Alors ces insectes ne piqueraient pas mais seraient très énervants ? Voilà ce que dit encore cet ouvrage "La quatrième fut celle d’une espèce de mouches, d’une prodigieuse grosseur, si importunes qu’elles suivoient partout les Egyptiens & les piquoient de telle sorte qu’ils ne pouvoient aucunement se défendre, plusieurs mêmes devenoient enflés de leurs picqueures & en mouroient". Non de grosses mouches qui piquent, forcément ce sont des taons…

Les insectes des Dix Plaies d'Egypte

Ceci dit, plus près de nous, Le Courrier Picard dans un édition de juin 2013, faisait état d’une grande invasion de mouches dans le village de Pertain et alentours « Les habitants s'épuisent à changer les rubans adhésifs qui capturent ces insectes, à faire un usage immodéré de bombe insecticide ou à carrément vivre les fenêtres closes. « Certains soirs, je peux en tuer une trentaine à la tapette, affirme Jean-Claude, qui habite rue des Limaçons. On ne peut rien laisser à manger sur les tables... ». Pour cause les habitants invoquaient soit un poulailler industriel, soit les épandages, ou encore la folie des mouches du fait d’un été précoce. On a les plaies d’Egypte qu’on peut.

La 8ème plaie. Là pas d’ambiguïté, l’ouvrage de 1717 parle de sauterelles. Ouf… Ouf ? Et non car si je cherche "sauterelle", je tombe sur une entrée page 512 du Dictionnaire qui me dit :

« Sauterelle, Locusta. Le Père Lami en mit de dix sortes. La première s’appelle Arbé, qui signifie plusieurs multiplex, parce qu’entre tous les insectes, il n’y en a point que soit plus fécond, & qui multiplie davantage que les sauterelles. La seconde s’appelle Gab, ce qui signifie sortir de la terre, parce que quand ces animaux ont fait leurs œufs, ils les couvrent de terre pour les faire éclore par la chaleur, & d’où elles sortent par après en grandes troupes. »

Les insectes des Dix Plaies d'Egypte

Je passe sur les huit autres et je lis plus loin que, selon les évangélistes Saint Mathieu et Saint Marc, que Saint Jean-Baptiste ne se nourrissait dans le désert que de sauterelles et de miel sauvage. Voilà qui met de l’eau au moulin des entomophages, mais excusez-moi c’est hors sujet.

Une autre entrée page 533 achève de jeter le trouble dans mon esprit car elle dit que les Hébreux admettent non pas dix, mais dix-sept sortes de sauterelles. La première "ce sont les cerfs-volants, & les Escarbots". La seconde "Iserah". La troisième "Gadau". La quatrième, "Cargolah, Cantharus […], les œufs de ce petit insecte sont très propres pour apaiser la douleur d’oreilles". La cinquième, "Jokunan, on la prend pour un ver-à-soye". La sixième, "karze ou karzin, sauterelles qui naissent & qui se nourrissent dans les orties, […]". La dix-septième, "Scharsechibah". Il y en a encore une qu’on appelle sauterelle ou langouste de mer : "C’est un poisson qui n’a point de sang, il est couvert de test mou, ayant devant les yeux deux longues cornes garnies d’aiguillons", etc. bref une crevette !

Les insectes des Dix Plaies d'Egypte

On ne s’en sortira pas… On est en 1717 et on évoque la Bible. Linné (1707-1778) ne sortira sa classification qu’à partir de 1735.

Ne pinaillons pas, on admettra que la 8ème plaie, ce sont les criquets pèlerins (schistocerca gregaria) qui sont bien connus pour être une plaie, un fléau pour l’humanité, lorsqu’ils décident de ne plus vivre chacun pour soi. Le site spécialisé du CIRAD nous dit :

« Le Criquet pèlerin (Schistocerca gregaria Forskål) passe très facilement d'une forme solitaire inoffensive à une phase grégaire nuisible. Ses capacités de déplacement, l'extrême densité de ses essaims et sa voracité font peser sur l'agriculture de nombreux pays une menace redoutable

Et pour conclure mon article, je ferai référence à une explication des Dix Plaies d’Égypte par l’éruption du volcan de Santorin vers 1500 avant notre ère. Selon deux géologues, un français et un américain, les cendres émises par le volcan en obscurcissant le ciel auraient provoqué un changement climatique brutal et des pluies diluviennes. Ces pluies exceptionnelles seraient à l’origine des grenouilles, des ténèbres, de la grêle, de la mortalité du bétail, des maladies humaines, des proliférations d’insectes, etc.

Tout s’explique, même le passage de la Mer Rouge… "Mais oui, mais c’est, bien sûr…" comme aurait dit l’inspecteur Bourrel, ce qui lui valut d’être promu commissaire, comme le savent tous ceux de ma génération.

Repost 0
Commenter cet article