Des insectes dans les fleurs au Château de Compiègne

Publié le 16 Juillet 2014

Lorsque je visite un monument ou une exposition, je suis toujours à l’affut de représentation d’insectes. Lors d’une de mes visites au Château de Compiègne, j’ai regardé d’un peu plus près les panneaux peints du Salon des Fleurs.

Sur les panneaux muraux représentant des fleurs, j’ai pu voir quelques insectes : papillons, libellules… Prise de photos de détail délicate, obligatoirement sans flash. Heureusement les logiciels de traitement permettent d’éclaircir les clichés et en voici le résultat.

Des insectes dans les fleurs au Château de Compiègne

Je me suis bien sûr documenté d’abord en lisant le cartel de la pièce :

«Sous le règne de Napoléon 1er, cette pièce servait de salon de jeux, comme l’indique la présence d’une table de trictrac, deux tables de quadrille et une table de bouillotte et de nombreuses chaises. Sous le Second Empire, elle fut utilisée comme chambre pour le prince impérial, fils de Napoléon III, qui grava sur le marbre du guéridon la date du 4 décembre 1868 : il avait alors douze ans et demi.

Le décor puise son inspiration dans la botanique. Les huit tableaux de fleurs peints par Etienne Dubois s’inspirent en effet des études du célèbre peintre de fleurs Pierre-Joseph Redouté. Ils furent mis en place en 1810 pour l’arrivée à Compiègne de l’impératrice Marie-Louise. »

Des insectes dans les fleurs au Château de Compiègne

Le Prince Louis Napoléon, fils de Napoléon III et de l’impératrice Eugénie, plus tard engagé dans l'armée britannique, fut tué en Afrique du Sud par les Zoulous en 1879. Une anecdote dit qu’en 1910 l’impératrice Eugénie, âgée de 84 ans, serait venue au château en simple visiteuse et qu’elle se serait trouvée mal en revoyant cette pièce. Voulant rester quelques instants, il aurait fallu l’intervention du directeur, qui la reconnut, pour qu’elle bénéficie de cette faveur.

Les panneaux sont dit-on « d’après Redouté ». On peut aussi trouver « sortis des ateliers d’Etienne Dubois et Pierre-Joseph Redouté ». Je n’ai pratiquement rien trouvé sur Etienne Dubois, si ce n’est qu’il y a un peintre appelé Jean Etienne-Franklin Dubois qui peignait entre 1818 et 1825 de façon très académique des scènes de l’Antiquité. Il concouru au Prix de Rome 1815. Selon le catalogue des Dépôts d’œuvres d’art de l’Etat, il a peint un portrait de son père Etienne Dubois, qui est au ministère de la Défense. C’est sans doute lui. Le fils, alors « âgé de 27 ans, élève de M. Regnault », a obtenu le second grand prix de l’Académie des Beaux-arts en 1821 pour Salomon livré aux Philistins, le sujet imposé. J’ai aussi trouvé 1796-1754 pour ses dates de naissance et décès dans les procès-verbaux de l’Académie des Beaux-arts. Rien sur son père.

Des insectes dans les fleurs au Château de Compiègne

Pierre-Joseph Redouté est un artiste né en 1759 dans les Ardennes belges et décédé à Paris en 1840. Il est nettement plus célèbre. Il rejoint son frère aîné Antoine-Ferdinand, peintre zoologiste, à Paris en 1782 et à partir de 1784 se lance dans l'illustration botanique. L’époque est favorable aux sciences. En 1787, il est à Londres où il étudie les plantes de Kew Garden. Rentré à Paris en 1788, il est à Versailles nommé "Dessinateur et peintre du Cabinet de la Reine". La Révolution le préserve et en 1792 il est "Dessinateur de l'Académie des Sciences". En 1798, c’est Joséphine de Beauharnais qui devient sa protectrice. Il sera en 1804 son peintre officiel. En 1809, après le divorce de Napoléon et de Joséphine, il devient le professeur de peinture de l'impératrice Marie-Louise … Quel parcours d’un régime à l’autre ! Et ce n’est pas fini.

Des insectes dans les fleurs au Château de Compiègne

En 1824, il est nommé "Maître de dessin au Muséum d'Histoire Naturelle", où il donne des leçons à la reine Hortense, la duchesse de Berry, Marie-Adélaïde d'Orléans, la reine Amélie et ses filles Marie-Christine et Louise-Marie (future épouse de Léopold Ier, roi des Belges). En 1830, il est nommé " Peintre de fleurs du Cabinet de la Reine ", Marie-Amélie, l’épouse de Louis-Philippe.

Des insectes dans les fleurs au Château de Compiègne

Toute l’Europe fut – dit-on – inondée d’aquarelles et de services de porcelaine avec des fleurs de Redouté. Mais souvent ces fleurs étaient butinées d’insectes... Un ouvrage édité en fac-similé par l’Edition Cercle d'art, Paris, en 1991, nous le confirme : "Choix des Plus Belles Fleurs - Prises dans Différentes Familles du Règne Végétal et de quelques Branches des Plus Beaux Fruits groupés quelquefois, et souvent animés par des Insectes et de Papillons ».

Des insectes dans les fleurs au Château de Compiègne

La prochaine fois que vous irez au Château de Compiègne, regardez de près les panneaux fleuris : ils bruissent du vol des insectes.

Repost 0
Commenter cet article