Au Vivarium d’Alsace, insectes et arachnides

Publié le 13 Septembre 2014

Au cours du mois d’août dernier, j’ai eu l’occasion d’emprunter la Route des Vins et au niveau de Guebwiller, en remontant la vallée vers le Markstein, je suis allé visiter un bien intéressant vieux moulin. Sa belle roue de 4 mètres de diamètre tournait paisiblement et devant elle, une gigantesque mante religieuse de métal montait la garde.

Au Vivarium d’Alsace, insectes et arachnides

Pénétrons la grande bâtisse, voilà l’accueil. C’est François le stagiaire qui tient la caisse. Il est animateur nature formé à Lons-le-Saunier par les CPIE de Franche-Comté. Il m’explique que l’association a été créée en 1991 à la suite d’une très intéressante exposition sur les fourmis. Elle s’est installée dans le moulin de Dominique Stoffel, un passionné d’insectes et d’arachnides. C’est lui qui s’occupe des animaux vivants avec Serge, le capacitaire. Catherine Galliath préside l’association qui occupe 5 salariés. Le moulin reçoit chaque année entre 12 et 15000 visiteurs, dont bien sûr les enfants des écoles.

François nous propose le questionnaire auquel il va falloir répondre en parcourant le moulin. Les bonnes réponses nous permettront de trouver le code d’un coffre renfermant un spécimen exceptionnel rapporté, nous dit-on, par le célèbre professeur Annie Zoptère, rentrant tout juste d’expédition. De quel animal peut-il bien s’agir ?

Au Vivarium d’Alsace, insectes et arachnides

Le moulin a conservé une partie de sa mécanique, ce qui permet, à côté des petites bêtes, de montrer au public comment fonctionnait un moulin à eau. Ce sont surtout les arachnides qui peuplent ce vivarium, mais le rez-de-chaussée du moulin est occupé par une fourmilière où l’on voit les fourmis s’affairer dans le tunnel de plexiglas. Après maintes tentatives et moult photos floues, je renonce à photographier les bestioles.

Au Vivarium d’Alsace, insectes et arachnides

Les autres salles de ce niveau proposent des terrariums avec divers arachnides : des grosses mygales, mais aussi de petites araignées des maisons, tégénaires ou pholque, et même des scorpions. Il y a aussi un vaste aquarium de poisson d’eau douce, où l’on peut voir, entre autres, un bel esturgeon.

Au Vivarium d’Alsace, insectes et arachnides

Les panneaux nous présentent les insectes aquatiques, comme le dytique, ainsi que les larves des odonates. J’ai du mal à les voir dans l’aquarium. En revanche, un axolotl -ambistoma mexicanum - drôle de batracien urodèle (à queue comme les tritons) des lacs mexicains, consommateur d’insectes aquatiques, retient mon attention.

Il y a beaucoup de panneaux didactiques, très bien faits il faut le dire.

Au Vivarium d’Alsace, insectes et arachnides

Des statues métalliques, manifestement réalisées avec des pièces de récupération, se présentent dans tous les coins. Ce sont des œuvres du sculpteur Joseph Schruoffeneger, tout comme la grande mante au jardin.

Au Vivarium d’Alsace, insectes et arachnides

Passons à l’étage.

Une autre mante métallique nous ouvre la voie des terrariums : des araignées, néphile de Madagascar, tégénaire d’Europe, … mais aussi beaucoup de phasmes, phasme coloré du Pérou, phasme bâton du Viet Nam, …

phasme à tiare d’Australie (Extatosoma tiaratum)

phasme à tiare d’Australie (Extatosoma tiaratum)

phasme orchidée (superbe !), etc. et encore…

phasme orchidée (superbe !), etc. et encore…

Au Vivarium d’Alsace, insectes et arachnides

une belle grosse sauterelle verte de Thaïlande, sans oublier des blattes souffleuses de Madagascar (princesia vanwereabeki), des réduves d’Afrique (punaise platymeris biguttata), des iules (myriapodes) et j’en passe…

Mais il ne faut surtout pas oublier - moulin à farine oblige - la vitrine à ténébrions (tenebris molitor), dont la larve – ou ver de farine – est le fléau du meunier, … mais qui - il faut le souligner - fait partie des insectes comestibles.

Au Vivarium d’Alsace, insectes et arachnides

Le dernier étage est consacré aux insectes pollinisateurs et en majesté la reine des abeilles avec une superbe ruche en activité. Les tubes en plexiglas permettent d’observer le ballet des abeilles qui quittent ou regagnent la ruche. Des panneaux expliquent la pollinisation, présentent tous les insectes pollinisateurs, font référence au programme européen Urbanbees consacré aux abeilles sauvages urbaines (dont j’ai déjà parlé ici). Il y a également une petite ruche de bourdons où l’on peut admirer la grosse reine en pleine activité.

Et nous arrivons au terme de la visite et du questionnaire. Les bonnes réponses ont été données et le coffre peut être ouvert pour y découvrir le fameux spécimen. Mais je n’en dirai pas plus. A vous de jouer. Sachez seulement qu’Annie Zotptère revenait du Sud-Est asiatique.

Le jardin est aménagé pour le pique-nique, mais on n’y trouve aussi une petite mare sillonnée par de grosses libellules, toujours difficiles à photographier.

Au Vivarium d’Alsace, insectes et arachnides

Je me contenterai de jolis hôtels à insectes et d’autres bestioles…

Au Vivarium d’Alsace, insectes et arachnidesAu Vivarium d’Alsace, insectes et arachnides

dont certains venaient manifestement de la ruche du moulin.

Si vous voulez découvrir le Vivarium du Moulin à Lautenbach-Zell (Haut-Rhin), il se visite toute l’année sauf 3 semaines en décembre.

Et en Alsace vous pourrez aussi découvrir le Jardin des papillons exotiques vivants à Hunawihr (près de Ribeauvillé) ouvert de Pâques à la Toussaint. A la Maison du Parc naturel régional des ballons des Vosges, à Munster, on pouvait aussi découvrir l’exposition « Instants d’Insectes » (jusqu’au 1er novembre) avec les photos de Denis Bringard.

Pour ce qui me concerne, je me suis contenté du beau moulin.

Notez aussi que vous n'êtes pas loin de la Route des Vins (à consommer avec modération).

Repost 0
Commenter cet article