Publié le 28 Août 2017

Une conférence sera donnée par Roger Puff, président de l'association L'Agrion de l'Oise,  le samedi 2 septembre à 15h30 à la Médiathèque de Nogent-sur-Oise (1 rue Denis Diderot).

Elle traitera de la place des insectes, notamment des pollinisateurs, dans la "nature en ville" et des dispositions Zéro-Phyto applicables à l'espace public et aux jardins des particuliers.

La Médiathèque exposera également du 2 au 30 septembre les photos lauréates des trois premiers concours photos  "Insectes de France 2013-2016".

Rappelons que la 4ème édition du concours photo 2017 sera clôturée le 31 août à minuit.

les insectes et la Nature en ville

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 20 Août 2017

J’aimerais vous faire partager un petit texte relevé dans un opuscule que j’ai déniché dans une bibliothèque scientifique, où je vais fouiner quelquefois.

L’opuscule est titré « Les Entomologistes peints par eux-mêmes ». Il a été rédigé par un certain Achille Guénée et édité en 1934 aux Imprimeries Oberthur à Rennes.

Achille Guénée, avocat de profession, est un entomologiste né en 1809 à Chartres et mort en 1880 à Châteaudun. Il s’intéresse très tôt aux lépidoptères dont il fait sa spécialité. Il écrit de nombreux ouvrages sur les papillons et les chenilles. Il fait partie des fondateurs en 1832 de la Société entomologique de France et en est le président de 1848 à 1874.

Le texte, dont je vous livre les premières pages, est initialement paru dans le Recueil des travaux de la Société libre de l’Eure pour 1842, sans doute une allocution prononcée à Evreux par Achille Guénée devant les membres de la société savante euroise. L’ouvrage consulté a donc été publié 92 ans après et nous y revenons ici encore 175 ans plus tard.

Notre savant connaissait bien ses collègues entomologistes de l’époque et pouvait se permettre de faire avec humour le portrait de quelques spécimens caractéristiques. Voilà ce qu'il écrit en 1842.

"Et d’abord, qu’est-ce qu’un entomologiste ? La définition n’est pas aussi simple qu’on pourrait le croire, car chez ces êtres, comme dans leurs collections, il y a une foule de variétés."

Carabe coriacé ou chagriné (Carabus coriaceus) © Hubert Carpentier

Carabe coriacé ou chagriné (Carabus coriaceus) © Hubert Carpentier

"Il y a l’entomologiste collectionneur, dont la vocation n’est point spéciale, et qui ne fait qu’obéir au développement particulier de son crâne, qui l’a voué dès sa naissance à la manie des collections. Il ramasse et amasse des insectes comme il ramasserait des plantes, des coquilles, des médailles. Des bouquins et souvent, en effet. Il cumule tous ces goûts. Réunir le plus possible d'objets soigneusement rangés et étiquetés. Pouvoir se vanter de posséder seul tel carabus ou tel Elzévir[1], tel est son suprême bonheur. Du reste, il use peu ou point de ses propriétés une fois acquises ; chaque objet a sa place dans son casier et dans sa mémoire, mais il ne sort pas plus de l’un que de l'autre. "

 

[1] Elzevir : ouvrage sorti des presses des fameux typographes hollandais qui portaient ce nom, généralement de petit format in-12

Echiquier occitan (Melargania occitanica) © Alexandre Ramon

Echiquier occitan (Melargania occitanica) © Alexandre Ramon

"Il y a l’entomologiste commerçant, qui reporte sur la science une vocation pour le négoce qui n'a pu s’exercer autrement. Celui-là ne rêve qu'échanges, correspondances, comptes ouverts, ventes et achats. Ce qui n'est pour le premier qu'un moyen de se procurer les objets qui lui manquent devient pour lui un but principal. Tombe-t-ii sur une espèce recherchée, il en remplit ses boîtes, son chapeau, ses poches. Il cote la valeur de chaque objet et consent à rabattre quelques centimes s'il Iui manque une patte ou une antenne ; mais il n'estime eu général que la marchandise irréprochable et il préférera se passer toute sa vie du papillon le plus curieux, s'il n'est muni d'un certificat constatant qu'il n'a jamais volé et que la fatale épingle a terminé son existence à peine commencée. Du reste, il déploie dans l’exercice de ses goûts une activité, une adresse, un arsenal de ruse et d’éloquence commerciales, qui l’aurait mené loin dans une autre partie. C’est un commis-voyageur perfectionné."

Salvazana imperialis (hémiptère de la famille des cicadides, photographié à l'insectarium de Gaspésie Canada) © Roger Puff

Salvazana imperialis (hémiptère de la famille des cicadides, photographié à l'insectarium de Gaspésie Canada) © Roger Puff

"Pour l’entomologiste voyageur, les insectes ne semblent qu’une occasion de courir le monde ; son imagination ardente lui représente sans cesse des forêts obscurcies par le vol des lépidoptères ou des prairies dont chaque brin d’herbe est chargé d’un coléoptère. L’expérience ne le guérit point et, s’il a parcouru quatre parties du monde, c’est dans la cinquième qu’il placera cet impossible Eldorado. C’est du reste un héros pour le courage et la persévérance ; les dangers ne sont rien pour lui et partout où surgit un Cook, un Laplace, un d’Urville, il ne manque jamais à l’appel."

Bousier (Geotrupes stercorarius ??) © Roger Puff

Bousier (Geotrupes stercorarius ??) © Roger Puff

"Son opposé est l’entomologiste observateur, qui sort peu de son jardin, où il passe sa vie à suivre les manœuvres du nécrophore ou les pérégrinations de la fourmi. Celui-là lit peu des livres et, les faits les plus connus étant nouveaux pour lui, le nombre de ses jouissances défie les plus étroites limites. Aussi ce goût d‘observation se rencontre-t-il souvent dans les hommes les plus illettrés chez lesquels il témoigne d’une franche admiration pour les beautés naturelles."

Grande biche (femelle de Lucanus cervus) © Roger Puff

Grande biche (femelle de Lucanus cervus) © Roger Puff

""L’entomologiste classificateur est tout différent. Il vit au milieu des livres et accepte généralement comme prouvés tous les faits qui y sont consignés ou plutôt il s’en inquiète peu. Un coléoptère a-t-il quatre ou cinq articulations aux tarses, voilà pour lui la question capitale. Il écrira des volumes pour prouver que tel qui parait avoir quatre segments en a réellement cinq ; seulement le cinquième n’est pas visible, voilà tout. Il se soucie médiocrement des affinités réelles des espèces entre elles et de la conformité des mœurs ou d’habitudes par laquelle la nature semble avoir voulu les rapprocher ; pour lui, la vie même est une faculté accessoire ; il n’étudie que des cadavres."

Présentation de papillons exotiques Musée des Confluences Lyon © Roger Puff

Présentation de papillons exotiques Musée des Confluences Lyon © Roger Puff

"Le véritable entomologiste … " [à suivre]

Nul doute que les entomologistes d’aujourd’hui n’ont plus grand chose à voir avec ces stéréotypes du XIXème siècle. Cela dit les entomologistes de cette époque qui pour la plupart étaient de distingués amateurs, étaient souvent des plus compétents, comme nous l’avons d’ailleurs vu avec l’exemple de Charles Janet.

Bien sûr, Achille Guénée ne traite pas encore de l’entomologiste amateur photographe… (je me permets de vous rappeler que vous avez jusqu’au 31 août à minuit pour envoyer vos photos à notre concours…).

Pour ce qui me concerne, je ne suis pas entomologiste, amateur oui, mais sans être classificateur j’ai du plaisir à rechercher le nom scientifique des bestioles que je photographie (mais je me trompe parfois et demande votre indulgence) et je ne dédaigne pas de tirer le portrait d’un vulgaire diptère, encore que certaines mouches soient souvent très brillantes, et je ne parle pas de notre belle cétoine dorée.

 

 

cétoine dorée (Cetonia aurata) © Roger Puff

cétoine dorée (Cetonia aurata) © Roger Puff

Si vous le voulez bien, nous reviendrons une autre fois sur ce petit opuscule bien intéressant.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 6 Août 2017

Le dernier mois est entamé.

Vos photos d'insectes sont faites ? Envoyez les nous dès à présent avec votre bordereau de participation. Cela nous évitera d'avoir tout à traiter début septembre.

Vous n'êtes pas satisfaits de vos clichés ? Il vous reste jusqu'à fin août pour en faire d'autres.

Vous ne vous êtes pas encore lancés ? Il n'est pas trop tard.

Il vous reste 25 jours pour faire trois photos d'insectes et nous les faire parvenir impérativement avant le 31 août à minuit accompagnées du bordereau de participation.

J-25 - Dernier rappel pour notre Concours Photos "Insectes de France"

Le Jury se réunira fin septembre pour attribuer ses prix et sélectionnera les photos qui seront soumises au vote du public, à l'occasion d'une exposition du 21 au 28 octobre, jour de la remise des prix.

Consultez le règlement 2017 complet

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez la moindre question.

Bordereau de participation 2017 (à copier-coller) ou à demander à lagriondeloise@orange.fr

C'est simple : faites nous parvenir vos 3 plus belles photos d'insectes (mais si vous n'en proposez qu'une, ce n'est pas grave) et l'indispensable bordereau donnant votre identité et votre autorisation pour l'utilisation de ces photos.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 1 Août 2017

Une famille adhérente a eu la chance de passer 15 jours en périple au Japon.

Elle nous a fait le plaisir de nous envoyer quelques photos de son beau voyage. Les deux premiers jours à Tokyo, il fallait se remettre du jetlag et surtout visiter la mégapole (enfin en partie).

 

vu en ville de jour et by night

vu en ville de jour et by night

Mais le 3ème jour, comme il pleuvait la visite des musées s'imposait.

Le Musée de Tokyo présentait entre autres des samouraïs. Celui-là couronné de cornes impressionnantes sera un avant-goût du Musée des Sciences et de la Nature où on trouve des dinosaures, mais aussi – ouf ! – des insectes.

Les coléoptères, guerriers entomologiques, avaient manifestement inspirés la tenue des valeureux guerriers.

Du mimétisme

Du mimétisme

D'autres coléos tout aussi lourdement armés

D'autres coléos tout aussi lourdement armés

De charmantes libellules

De charmantes libellules

D'autres spécimens

D'autres spécimens

... comme ces mormolyces, ce Fulgura lampetis (une espèce d’hémiptère cousin des punaises)  ou cette Exaerete frontalis, une espèce d’abeille…

A voir aussi une belle présentation didactique de la pollinisation

A voir aussi une belle présentation didactique de la pollinisation

Après Tokyo notre famille a pris le Shinkansen pour Nikko, un adorable site bouddhiste dans la montagne, où ils n'ont passé - à regret - qu'une journée.

Pont Shinkansen 					Sanctuaire de Toshogu

Pont Shinkansen Sanctuaire de Toshogu

Tonneaux de saké (ah ces moines boudhistes ont des réserves pour l'hiver !)

Tonneaux de saké (ah ces moines boudhistes ont des réserves pour l'hiver !)

Départ pour Kyoto toujours en Shikansen (vous savez ce train dont le nez est inspiré du bec du martin pécheur pour aller plus vite)

Quelques insectes vus au Japon

Ça y est on a vu un insecte vivant !! Une punaise apparemment ?

 

L’Agrion de l’Oise confirme mais ne l’a pas identifiée.

L’Agrion de l’Oise confirme mais ne l’a pas identifiée.

Il y avait plein de trucs étranges au marché de Nishiki à Kyoto

Il y avait plein de trucs étranges au marché de Nishiki à Kyoto

Un bol de tempura a régalé nos amis, des champignons, de petits trucs blanc qui ressemblaient à des asticots mais c’étaient des alevins.
Le Palais impérial et les jardins étaient avec plein de hauts murs qui cachaient la vue, ou qui ne se visitaient que sur rendez-vous.
Le lendemain la journée a été fructueuse à Arashiyama...


 

 

D'abord de très belles libellules en bambou, puis un insecte vivant, encore un coléoptère, mais non, ce n’était pas un hanneton…

D'abord de très belles libellules en bambou, puis un insecte vivant, encore un coléoptère, mais non, ce n’était pas un hanneton…

Et ce qui a été pris pour un frelon asiatique un peu fatigué dans le parc aux singes,

Et ce qui a été pris pour un frelon asiatique un peu fatigué dans le parc aux singes,

La bête faisait plus de 5 cm. En fait il s’agissait du frelon géant, Vespa mandarinia, qui peut atteindre 7,5 cm.

La bambouseraie

La bambouseraie

Le jardin zen de Okichi Sanson

Le jardin zen de Okichi Sanson

C'est dans ce jardin zen qu'ils ont vu des araignées et surtout une élégante mante religieuse

la mante

la mante

ainsi que des espèces de guêpes

ainsi que des espèces de guêpes

Probablement Polistes. Les dessins de l'abdomen la rapproche de P. jakahamae ou de P. rothneyimais mais sans photo plus détaillée avec vue du thorax on ne pouvait en dire plus.

 

Mais le héron n’est pas mal non plus.

Mais le héron n’est pas mal non plus.

Quelques insectes vus au Japon
Comme souvenir on pouvait acheter de belles boites avec des insectes bizarres… en métal ou en matière minérale…

Comme souvenir on pouvait acheter de belles boites avec des insectes bizarres… en métal ou en matière minérale…

Ensuite c'est Nara, une ancienne ville impériale où il y a des trésors de temples bouddhistes et un parc avec 1200 dais en liberté.

Ils sont sacrés et adorés donc protégés. les touristes les nourrissent ce qui explique leur amour de la foule ... mais on en a vu quelques uns s'amuser à faire peur aux touristes. Attraction garantie...

Mais des daims, on peut aussi en voir à la plage, ici à Miyajyma.

bord de mer

bord de mer

On peut admirer un grand bouddha de 15 me dans le temple Todai-ji, mais le temple préféré c'est Kasuga taisha avec ses belles poutres oranges et ses lanternes..

Ah j'oubliais, ils ont senti un léger tremblement de terre cette nuit-là, mais c'est fréquent, on s'en est à peine rendu compte...

Le voyage se poursuit avec une nouvelle journée bien remplie à Kyoto. Visite du Nijo-jo, le château d'un Shogun, c'est à dire un commandant en chef. L’après-midi, balade dans un quartier historique, avec le Parc Maruyama où ils ont pu voir quelques bestioles sympa, insectes et tortue molle puis le temple Kiyomizu-dera bourré de monde...un peu comme le Mont Saint Michel....
Pour finir le bord de la rivière Kamo pour faire un peu les boutiques.

 

Quelques photos un iule (myriapode) et des chenilles

Quelques photos un iule (myriapode) et des chenilles

A Miyama un papillon dans un passage souterrain

A Miyama un papillon dans un passage souterrain

L’enquête de l’Agrion de l’Oise nous dit que c’est un papillon de la famille des zygènes, Pidorus atratus- il se vend 45 € épinglé à Taïwan. Un site japonais nous donne des précisions

Taille (Kaicho) 45-60 mm
Période Juin-Juillet, Septembre
Distribution au japon : Hokkaido, Honshu, Shikoku et Kyushu-Okinawa

Au cours de la journée, il vole lentement dans les parties sombres des forêts. L’espèce est commune en basse montagne, on peut également e voir proximité des zones résidentielles.
Les larves mangent Sakaki, les feuilles de Eurya japonica.

Puis ce sera Hiroshima et la visite des ruines du souvenir.

Hiroshima                                          et la ville d'Osaka vue du haut de Umeda Sky Building

Hiroshima et la ville d'Osaka vue du haut de Umeda Sky Building

Et à nouveau le Shinkansen pour Osaka avec sushi dans le train, l'équivalent du sandwich SNCF.😉
Osaka grouille de monde et les revoilà au milieu des buildings, dont le Umeda Sky building visité à la tombée de la nuit
.

Pour la visite au Mont Koya, la famille s’était lancé un défi : celui qui fait la plus belle photo d'insecte

Résultat : une abeille, un caloptéryx,  ...Résultat : une abeille, un caloptéryx,  ...

Résultat : une abeille, un caloptéryx, ...

... un gros scarabée noir, un papillon …... un gros scarabée noir, un papillon …

... un gros scarabée noir, un papillon …

Mont Koya

Mont Koya

Et les voilà repartis pour une nouvelle expédition : le Koya-san ou Mont Koya, sanctuaire bouddhiste avec mausolée accessible après 90 min de train et un funiculaire
Expérience spirituelle extraordinaire, d'autant plus qu’ils sont arrivés avec la pluie et que le ciel s'est éclairci en début d'après-midi...

 

Dernier jour à Osaka, dernier jour au Japon...snif
Ça passe trop vite!
...
Petite virée à l'aquarium, belle réussite…, puis un peu de shopping, et de bons sushis pour le dîner ! Mais ils avaient laissé les portables, donc les appareils photos, à l'hôtel !

photos ©Alexandre, Isabelle et François / l'Agrion de l'Oise

Faites comme nos amis envoyez-nous vos insectes souvenirs de voyage, exotiques ou non.

Mais si ce sont des insectes de nos régions, participez plutôt à notre concours photo

Voir les commentaires

Repost 0