L'organisation sociale chez les animaux vue en 1905

Publié le 5 Mars 2016

J'ai choisi de vous faire part d'un article que j'ai trouvé au cours de mes recherches aux Archives départementales de l'Oise dans La République de l'Oise, un quotidien paraissant à Beauvais au tournant du 20ème siècle.

Nous sommes en 1905, la conférence a été donnée le lundi 19 février 1905 au Cercle laïque d’Éducation morale, une Université populaire proposant des cours et des conférences sur des sujets divers et variés.

En décembre de la même année sera adoptée la loi de séparation des églises et de l'état. Charles Darwin n'a formulé sa théorie de l'origine des espèces qu'en 1859, à peine 45 ans auparavant.

fourmis atta @RogerPuff

fourmis atta @RogerPuff

" Conférence de Monsieur Alexandre Mary

Lundi soir, M. Alexandre Mary, le jeune érudit bien connu, a fait au Cercle laïque, une Conférence des plus intéressantes et des plus curieuses sur « l’organisation sociale chez les animaux ».

En voici un résumé succinct :

Les sociétés ont pour causes déterminantes l’existence d’un milieu favorable dans lequel se réunissent en nombre plus ou moins grand, les individus ou les couples qui peuvent y trouver leur substance.

Dans ce sens, il y a même des colonies végétales. Les formes sociales adoptées par les animaux dépendent du degré d’évolution de l’espèce. A partir des êtres inférieurs, deux séries évolutives se sont formées ayant abouti, d’une part à l’homme, et de l’autre aux insectes, comme termes les plus élevées. C’est donc chez les hommes et chez les insectes que l’on doit trouver les sociétés les plus complexes, les monarchies et les républiques par exemple.

élevage de pucerons par les fourmis @JeanPierreBertrand

élevage de pucerons par les fourmis @JeanPierreBertrand

Le militarisme et la religion, fondés l’un sur l’instinct de destruction et l’autre sur un mélange d’instinct de crainte et de conservation, sont communs aux hommes et aux groupements animaux, au moins dans leur racine.

Ce dont on s’est le plus servi pour faire de l’homme un être à part est donc tout simplement une attestation flagrante de sa nature et de son origine animale.

Les auditeurs ont applaudi cette originale conférence."

N.B. article in extenso

Repost 0
Commenter cet article