Publié le 24 Novembre 2013

Insectes oblitérés ou non, ils sont timbrés

Philatéliste dans mon enfance, je parcours mes vieux albums – peu nombreux je dois dire – pour y trouver des timbres représentant des insectes. Imaginez ma déception : je n’en trouve que deux, des papillons.

L’un Papillo demodocus, joliment dénommé "Voilier des citronniers", sur une vignette du Mozambique à 10 $, date de 1953 et fait partie d’une série de 20. L’autre non nommé, également de 1953, figure sur une vignette suisse "Pro juvente" à 10 centimes de franc suisse surchargé + 10. Recherche faite, il s’agit d’un Lymantria monacha, papillon nocturne communément appelé "Nonne". Entre 1950 et 1957, la Suisse avait émis une trentaine de timbres représentant des insectes, majoritairement des papillons.

Dans ce temps là l’insecte ne se retrouvait apparemment pas souvent dans les boites aux lettres de ma famille.

J’ai abandonné cette passion de jeunesse mais, depuis ces années, je découpe les timbres sur les courriers que je reçois et les mets soigneusement dans une boite à chaussures en espérant qu’un de mes petits-enfants se passionne un jour pour ces petites images colorées, qui me faisaient voyager et apprendre la géographie. La boite est quasiment pleine. Je cherche si mes amis les insectes y sont en bonne place. Là encore déception, sur des centaines de timbres, à peine 20 petites bêtes figurent au milieu de nombreux personnages plus ou moins illustres, monuments, fleurs, oiseaux, mammifères,… Mes correspondants négligent-ils ces représentations ? A moins que les administrations des postes ou les graveurs ne rechignent à utiliser nos bêtes à 6 pattes pour affranchir nos courriers ?

Insectes oblitérés ou non, ils sont timbrés

Toujours est-il que je trouve pour la France en 1980, un timbre à 1,10 F, le très beau papillon Graëllsia Isabella, le fameux Isabelle, un des plus grands papillons d’Europe avec une envergure de 50 mm, espèce menacée et totalement protégée en France depuis 1993. Par ailleurs un papillon rouge-orangé bordé de noir, un vice-roi peut-être, et une coccinelle rouge à points noirs, elle aussi pour évoquer les vacances.

Insectes oblitérés ou non, ils sont timbrés

Pour annoncer les heureux événements notre Poste propose le papillon pour les garçons et l’abeille pour les filles. Est-ce pour le rime ? Et sont-ce bien de véritables insectes ?

Insectes oblitérés ou non, ils sont timbrés

Je trouve encore quelques exemplaires – toujours et encore des papillons - pour la Grande-Bretagne : à 14 p, un Small Tortoiseshell (Petite tortue) et à 18 p, un Large Blue (Azuré du serpolet qui, en voie de disparition, se répand à nouveau en Grande-Bretagne, bravo). Enfin deux pays, la Tanzanie et la Malaisie me proposent des espèces exotiques.

Insectes oblitérés ou non, ils sont timbrés

Revenons en France où d’autres insectes, sans doute parce que mal aimés, ont été réservés au timbre taxe. Et oui… une série de 10 vignettes de 0.10 à 5 F éditée en janvier 1982. Tous des coléoptères : Ampedus cinnabarinus, Dorcadion fuliginator, Leplura cordigera, Paedurus littoralis, Pyrochroa coccinea, Scarites laevigatus, Trichius gallicus, Adelia alpina, Apoderus corily. J’en ai six, il me manque 0.30, 0.40, 3.00 et 5.00 F. A retenir que ce sont les derniers timbres taxe "à coller" émis.

Insectes oblitérés ou non, ils sont timbrés

Heureusement parmi ces 20 vignettes, je trouve 3 odonates, 2 timbres allemands de 1991 : Libellula depressa (libellule déprimée bleue) à 50 pfennigs et Sympetrum sanguineum (sympetrum rouge sang) à 60 pfennigs, et, un timbre de la République tchèque de 1995 à 6 couronnes : calopteryx splendens, un zygoptère appelé autrefois "agrion éclatant". Un agrion, enfin ! même s’il n’est pas de l’Oise…

Insectes oblitérés ou non, ils sont timbrés

Pourquoi si peu d’insectes en dehors des papillons, alors qu’il y a tant de variétés, tant de formes, tant de coloris … Enfin si peu dans ma boite à chausssures, car des centaines de vignettes ont été émises dans de nombreux pays et l’entomophilatélie existe bel et bien.

Rendons aussi ici hommage à Jean-Henri Fabre (1825-1915) avec le timbre à 12 F émis en 1956. Malheureusement, vérification faite, il ne figure pas dans ma collection… Dommage. Mais il n’est pas coté bien haut :je pourrai l’avoir pour 1 € seulement…

A noter qu’un nouveau timbre à l’effigie de notre grand entomologiste, "l’Homère des insectes", doit être édité en 2015 à l’occasion du centenaire de sa mort. La décision a été prise par arrêté du 8 août dernier par Fleur Pellerin, "ministre des philatélistes, puisque c'est elle qui signe le programme philatélique de La Poste. La valeur faciale n’est pas encore déterminée. Celui-là, il me le faut !

Ceci dit, on ne m’écrit plus tellement de lettres depuis qu’il y a l’Internet ; mais heureusement, ma famille et mes amis m’envoient encore des cartes postales de vacances… Pourvu qu’ils pensent bien à demander s’il y a des timbres d’insectes pour les oblitérer.

Voir les commentaires

Rédigé par RP

Repost 0

Publié le 17 Novembre 2013

Insectes, le monde fascinant de François Chapelain-Midy

« … Les insectes c’est un monde qui me fascine. Tout petit déjà… J’ai toujours trouvé beau ce que beaucoup trouvaient laid car pour moi il n’y a pas d’animal laid. Je connais une Madame Crapaud qui trouve que son mari est le plus beau du monde …

… A travers le regard émerveillé que je pose sur eux et sur mon interprétation de leurs formes, de leurs carapaces et de leurs couleurs, j’espère faire évoluer la vision que l’on a ordinairement sur ces "petites bêtes" trop souvent mal aimées mais si indispensables à notre vie. »

Voilà ce que disait le sculpteur animalier François Chapelain-Midy, malheureusement décédé en 2007, l’année même où été lancé le grand projet d’insectarium dans le sud de l’Oise. Il habitait le Valois et se passionnait pour les insectes et les oiseaux. J’ai eu la chance tout récemment que son épouse Mireille Chapelain-Midy me fasse découvrir ses magnifiques œuvres qui venaient d’être superbement présentées lors une exposition à l’Orangerie du Sénat à Paris.

Insectes, le monde fascinant de François Chapelain-Midy
Insectes, le monde fascinant de François Chapelain-Midy

Dynaste, augosoma, megaceras, cassidae, mormolyce, cerambyx, callipogon, aspidomorpha, carpocoris, lycus, … que de noms mystérieux et exotiques qui nous font rêver, que de formes si curieuses et si pures à la fois qui nous captivent. Mais plus connues de nos jardins, nos prés et nos bois, la vaillante coccinelle, la brillante cétoine, le criquet chantant et le grand lucane captent tout autant nos regards, attirent la caresse de nos doigts, en un mot nous ravissent.

Insectes, le monde fascinant de François Chapelain-Midy

Point de rejet, oui l’insecte est beau.

Je brûle de vous le faire reconnaître. Il faut au plus tôt exposer ce bestiaire magique dans l’Oise. Il faut que vous puissiez apprécier par vous même ces bronzes aux couleurs chaudes, merveilleusement patinés, chatoyants sous une belle lumière.

Insectes, le monde fascinant de François Chapelain-Midy

Merci François Chapelain-Midy pour avoir su par vos mains habiles, votre regard généreux, votre amour de la nature, rendre justice à ces "petites bêtes" auxquelles L’Agrion de l’Oise veut lui aussi rendre hommage.

Les photos sont de Mireille Chapelain-Midy, qui, entre parenthèses, m’a confié ne pas vraiment aimer l’idée de manger les insectes (cf. notre précédent article) et de loin préférer en admirer formes et couleurs, dans la nature ou immortalisés par l’artiste. Nous la comprenons.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 11 Novembre 2013

L’insecte est l’avenir de notre nourriture, c’est sûr. Source de protéines produites à empreinte écologique réduite, peu d’eau consommée, excellent taux de conversion : pas plus de 2 kg de nourriture organique pour produire 1 kg d’insecte (de la protéine) contre 8 kg en moyenne pour la viande, plus pour le veau, moins pour la volaille. Et en plus c’est bon pour la santé : des protéines, des vitamines, des oligo-éléments… Bref nous en mangerons… Il faudra bien nourrir les 9 milliards de terriens en 2050.

Déjà dans le monde 2 milliards d’humains, selon la FAO, Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, consomment des insectes en Asie, en Afrique et en Amérique latine. Cela fait partie de leur culture, de leur nourriture traditionnelle et quotidienne et ils en mangent plus souvent que nous mangeons des cuisses de grenouilles ou des escargots.

Nous consommons sans réticence aucune le miel produit par l’abeille. Mais manger des insectes c’est tout autre chose et cela rebute une majorité d’entre nous. Depuis longtemps des scientifiques - comme Bruno Comby depuis 1989 - s’engagent pour promouvoir l’entomophagie, dans une optique de développement durable : assurer la nourriture du plus grand nombre tout en préservant la nature. L’insecte s’élève facilement et des entreprises se lancent en France pour produire des farines à base d’insectes qui seront incorporées d’abord dans l’alimentation animale, puis dans nos aliments. Citons Micronutris dans le Sud-Ouest, qui commercialise des insectes alimentaires nés et élevés en France, citons la start-up industrielle Ynsect qui entend fabriquer de la farine d’insecte destinée à nourrir les poissons et les volailles d’élevage en travaillant au niveau de la recherche avec l’INRA, le CNRS, AgroParisTech, le Pôle de Compétitivité à vocation mondiale Industries & Agro-Ressources…

Mais l’acceptation dans notre alimentation quotidienne passe aujourd’hui par la gastronomie. Tout au long des dernières semaines, on a vu fleurir les brèves annonçant des dégustations d’insectes ou des restaurants inaugurant une toute nouvelle carte où ces petites bêtes sont à l’honneur.

Cela a commencé par des Croc’insectes organisés par des entomologistes passionnés, depuis longtemps à l’Insectarium de Montréal au Canada, comme le 15 août dernier à l’Insectarium de Lizio en Bretagne, ou plus récemment à l’occasion de la Fête de la Science à la Cité des Sciences à Paris-La Villette.

C’est une entreprise qui propose des amuse gueules pour l’apéritif sous la marque Jimini’s. C’est à Cahors "Malbec Insectus" le 7 novembre dernier où 150 personnes sont conviées pour une dégustation organisée par les professionnels du vin, associant le cahors malbec à des macarons d’apéritif proposés par Micronutris, citée plus haut , et divers autres mets toujours à base d’insectes.

Mais c’est aussi un restaurant parisien « Le Festin nu » qui ouvre un bar à insectes. C’est à Paris un restaurant japonais "Chez Mushi", à Nice c’est un chef étoilé David Faure qui met à sa carte "foie gras poêlé et son croustillon de grillons" et d’autres gourmandises, un restaurant thaïlandais Ban Thaï à Montpellier, à Pau, à Toulouse,… Un site Internet est ouvert "des insectes dans l’assiette" pour vous aider à trouver ces restaurants insolites, insolites oui, mais plus pour bien longtemps. Quel restaurateur se lancera dans l’Oise ?

Enfin un chocolatier à Nancy, un autre à Mazamet… d’autres sans doute, proposent pralinés et petits fours. C’est bien parti….

Vous en mangerez ...De quoi ? Des insectes

A quand dans votre cuisine ?

Vous pouvez apprendre pour vous y mettre. En France, aux Pays-Bas et en Belgique, pour ne donner que ces trois pays, des cours de cuisine entomophagique sont d’ores et déjà proposés, par exemple au CEFOR à Namur par un spécialiste des plantes oubliées et de la cuisine sauvage. Plusieurs vidéos de recettes à suivre sont visibles sur la toile. Bernard Comby a sorti un livre de recettes "Délicieux insectes" où l’on découvre la terrine de grillons, la salade cri-cri, la quiche aux ténébrions, etc.

Où trouver des insectes comestibles ? Des boutiques en ligne en proposent déjà. J’en ai relevé au moins six en deux clics sur un moteur de recherche bien connu. A vous de faire votre sélection.

Vous en mangerez ...De quoi ? Des insectes

Des insectes ? J’en ai mangé et vous ? En mangerez-vous ?

Mais on peut aussi et surtout aimer les insectes pour ce qu’ils sont : un univers indispensable de la biodiversité, des formes et des couleurs magnifiques, un réservoir de découvertes et d’innovation.

Notre site reparlera de tous ces aspects.

Vous en mangerez ...De quoi ? Des insectes

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 6 Novembre 2013

Une nouvelle association est née le 18 octobre 2013.

Elle souhaite promouvoir et soutenir le projet d'un grand insectarium au nord de Paris

Bienvenue à l'Agrion de l'Oise

Suivez-nous

Voir les commentaires

Repost 0